Publié par : Camille | 26 mai 2015


Le 14 décembre 2011, j’ai publié cet article sur un autre blog créé après mon retour. Cet article m’est venu naturellement en anglais, alors c’est comme cela que je le partage sur ce blog aujourd’hui. Je n’ai jamais fait les articles que j’avais promis dans mon dernier bilan, mais ce blog a besoin d’une conclusion alors la voici !


December 14, 2011. 2 years ago on this very day, I was on my way to discover America with my own little eyes. New York first with all the other Au pairs from all over the world, then Nashville -which then became my « American hometown ». Yet, on the plane, I was thinking “Why am I doing this? Am I crazy? Okay, can this plane just turn around, I don’t think I can do this!! Maybe I’ll just hijack it…” (Then I started to think about this story someone told me about a guy who got his spoon taken away by airport security after 9/11, and how you could possibly hijack a plane with a spoon, but that is another subject). At all time when I was planning this and getting ready for it, I had no fear, no wonder, no second thought. To everyone telling me I was brave, I would say “I don’t think it’s that brave”. To everyone asking me if I was scared, I would answer “No, I’m just excited!”. But suddenly, it was becoming real. It was not a fantasy anymore. It was happening. And there were no turning back. I remember that during those long hours sitting on this big plane, between half-sleeping, trying to watch movies and sobbing, I wrote something in a little notebook. I wrote how I felt at this very moment. Trapped in this flying thing, I was facing my fears. So I wrote them down to let them go, hoping it would stop me from crying. I was afraid the family was not going to be as great as I thought they were. I was afraid I would not be able to take care of kids on a daily basis. I was wondering why I decided to do this, and even after more than one year knowing exactly why, I suddenly couldn’t think of any good reasons. All I could see was that I was going to change diapers, do laundry and clean the kids mess -so it didn’t seem that appealing after all. Next to me were those two girls who a little earlier had a paper with my Au pair agency logo on it. They were going where I was going. They were going to do what I was going to do. But they were acting normal. Talking to each other in Dutch or something, laughing… Why was I the only one feeling like this? Maybe I wasn’t cut out for it. I thought I could just leave my family and friends for a whole year without caring, but maybe I was wrong. Maybe I wasn’t as brave as everyone else seemed to think. Maybe I was just a big dreamer, but when it came to reality I was really a coward. Yes, after everything I’ve been through to get on that plane, all I wanted now that I was finally there was to get out and go back.

When we landed, after what seemed like a 20 hour flight surrounded by German (Lufthansa…) and English that I was too tired to understand, I felt a little better. I was in New York, I made it, yay me. Actually I was more happy to finally be out of this thing, and I figured out later during the year why: though I love airplane trips, whenever I am too far from the windows I feel uncomfortable toward the end of the flight. Add that to the stress, the fear, the sadness and the tiredness… you get the picture. I was a total mess before we landed, so I was just relieved to be on the ground, out of this torturing machine. On my way to customs, I heard two French girls talking, one of them looking like the girl I met on an online board for French Au pairs. I introduced myself, and we stayed together. I was feeling much better because I wasn’t alone anymore. Maybe that’s why the two girls on the plane weren’t a mess like I was, because they were not alone, and having company didn’t let them any time to think. When I arrived in my bedroom at the hotel -alone because my roommates were arriving only during the night- it strucked me again : what the hell am I doing here? I was in New York, well actually in Newark, and I wasn’t even happy about it. So I cried again, wishing I could just blink and be back in my own bedroom in my own house. Then I took a shower, pulled myself together, met the French Au pairs for dinner, and got back to my room where I cried myself to sleep. The next day, I was all better. I had a rough night because my two roommates made quite a big entrance around 1am and we had to get up early to start the Au pair training, but I didn’t have time to think anymore. And mostly, I wasn’t alone. I met other nice Au pairs along the day, and had a good time listening to those nice and a bit crazy American Au Pair Care staff. I wasn’t scared anymore, and I wasn’t wondering what I was doing here. No, now I knew again, and my excitement came back. Hearing all those stories about kids and stuff was just making me want to meet “my” kids even more, and live it instead of hearing about it. When we went to New York in the evening, I was beyond happy to discover the city. The next night we had a great pizza party with some Au pairs, and I had a lot of fun. Everything was back to normal.

When I arrived in Nashville, I had a little breakdown when I sent a text to my mum saying I arrived and was in the room that was going to be my bedroom for a year. Gosh, for a whole year, really? There was the scary feeling again. But I pulled myself together, trying to be happy about what I’d gained -a very nice host family in a very nice and big house in what appeared to be a very nice city- instead of « mourning » what I’d lost. Because after all, I hadn’t loose anything, I was going to get it all back in a year, so they were nothing to mourn anyway.

About one month after I arrived, I wrote in that little notebook again (you know, the one which got to play my therapist on the plane). Not because I wasn’t feeling well, not because I was feeling sad again, not even because I needed to. All I needed was to tell the girl on the plane that it was just a phase, and that everything was okay now. And also to tell my future self, the girl who would be reading this notebook in 30 years thinking “Wow, I was a mess!”, that I got over it. So I wrote that now I knew why I did it. I knew it wasn’t a mistake. It wasn’t easy everyday, but the sound of this 2 year-old-red-hair’s laugh and the bounding moments with this tricky 7 year-old-blondie-girl were always reminding me I made the right choice by coming here and choosing this family. It was only the beginning, but I knew I was going to have an amazing year. Okay, having spent New Year’s Eve in St Barth might have helped getting to that a little bit, but fortunately it wasn’t the only reason I was feeling good about this whole Au pair adventure.

Over the year, I built such a wonderful relationship with these two kids. I had some hard times, they weren’t always easy and I got angry a lot, but when I stopped taking those “fights” personally and moved on when it was over (like them) it went by pretty smoothly. Every laughs, every games, every time we shared something… that’s what I remember today. Not the fights with Brendan about food or Hannah crying on the floor still half-sleeping and not willing to get ready for school in the morning. Well, that too, but it doesn’t matter. What matters, the real memories, are all the good times we had. Singing “Bear necessities” in front of a beautiful sunset on the ocean on the St Barth villa’s sundeck. Drawing pets on rocks with Hannah. Watching Tchoupi with Brendan and hearing him sing the theme song in French. Watching Full House with Hannah and see her enjoy it as much as I did when I was a kid myself. Making forts everywhere in the house and pretending we were sleeping, waking up, and going on adventures (although the last part wasn’t happening very often because most of the time Brendan would wake up before Hannah said so, she would get mad, and he would stop playing). Seeing Brendan get down the biggest slide of the playground for the very first time. Helping Hannah do her art projects that I would always end up finishing by myself. Teaching Brendan how to dress up by himself and be so proud to see him do it. Hearing Hannah improve her fiddle skills months after months. Having Brendan on my laps his head laid on my chest telling me “I love you Camille”. Sharing goofy moments with Hannah. Going into the pool with Brendan during his swimming lesson so he would stop being so scared that he was crying and screaming his guts off, and seeing him take his lesson alone the next day. Being a big part of Brendan’s potty training success. Making big leaves piles or fly kites without a string at the park (not easy, I’m telling ya -but so fun). Being there to see Brendan sing on a stage for the first time, next to his big sister. Being proud of them like a mom when they improved or succeeded at something. The list could be so much longer. Add to that my trips to Los Angeles (x3!), San Diego, San Francisco, Las Vegas, Atlanta and New York, and all the girls nights -out or in front of the TV- with my friend Sandra (yes, I had only one good friend there, but she was a really good one!). The point is, I love Hannah and Brendan so much and had such an amazing time that I could never regret the choice I made of being an Au pair.

Everyone has its own experience and lives it a different way, but you cannot know what it is to be an Au pair until you’ve lived it. If you are willing to do it, you are probably picturing it in your mind… and will surely live a whole different thing. Hopefully even better that you imagined. During the interview for the agency, they ask what is our “dream host family”. Mine was living in California, and had 2 or 3 little girls from 2 to 7 (twins would have been a plus). I ended up in Tennessee with a 2 year-old boy and a 7 year-old girl, but I wouldn’t trade this host family for anything. They are a part on my life now, and a part of my heart will always be with them. When I came back to Nashville a few weeks ago to visit them, I was scared I would feel out of place because I didn’t have a “role” anymore. I wasn’t the “Au pair”, I was just… well, I didn’t really know what I was actually. But when I arrived, I just felt like home. Like everything was right, in its place, and that I was a part of it as much as I was the year before. For everyone, it seemed almost normal that I was there. I wasn’t a visitor. It was like I never even left. I felt like a part of this house. And of course when I left again, it broke my heart to see the kids crying and wishing I could stay a whole year once again. While I was there, we celebrated my host dad’s daughter’s birthday, and mine at the same time because it was coming soon. I was surprised and thought it was really nice of them to include me in the party. I had my initial on the homemade cake, and they even gave me gifts. One of them was a heart pendant. Well, I think they couldn’t have chosen a better gift. Now, not only these kids are always with me in my mind and my heart, they are with me through this necklace. One year ago I left a piece of my heart with them, now I have ‘literally’ a piece of theirs.

So there it is. From the crying girl wondering what the hell she was doing to the happy girl who had an amazing year and discovered a country she will always love. From wondering how I could hijack a plane with a spoon to having two wonderful kids in my heart. 2 years ago on this very day, I was on my way to discover America with my own little eyes… 2 years later, I am SO glad I did.

Publié par : Camille | 23 mai 2015

Etre Fille Au Pair Française aux USA

Quand tu passes tes journées à regarder Dora, Diego, Team Umizumi, Max & Ruby et La maison de Mickey tumblr_mdcp486BNa1ryjwc0

Quand tu sais désormais ce que veut réellement dire le mot « patience »

Quand le petit dont tu t’occupes apprend à être propre

Quand le petit donc tu t’occupes a appris quelque chose de nouveau grâce à toi

Quand tes profs de maths du collège et lycée t’ont complètement fait oublié les bases des mathématiques à tel point que tu n’es plus capable de faire une soustraction à 3 chiffres

Quand tu es off

Quand tu es off et que les enfants ont une baby-sitter

Quand tu es off et que les enfants essayent quand même d’attirer ton attention tumblr_mhtsn0JV0C1ravhmgo1_500

Quand les enfants se comportent super bien avec toi et changent d’attitude quand les parents sont dans le coin tumblr_inline_mp0brp64Th1qz4rgp

Quand les gens rigolent de quelque chose que fait un des enfants et que toi tu l’as déjà vu le faire 500 fois et ça ne t’amuses plus tumblr_mwsz5xuwIV1qdlh1io1_400

Quand tu réalises que tu as fait plus de lessive en 1 an que tu n’avais jamais fait de toute ta vie tumblr_n2dbkc9LCJ1trmkp7o1_500

Quand les enfants pensent que tu peux réparer tous leurs jouets cassés

Quand les enfants sont en « playdate » chez les autres

Et quand ils sont en sleepover

Quand les enfants ont une « playdate » chez eux

Et quand ils reçoivent un(e) ami(e) pour une sleepover

Quand les gens au parc te demandent si tu es la maman
tumblr_m6swtvLjye1qggyiio2_r1_250 tumblr_m6swtvLjye1qggyiio4_r1_250

Quand tu en perds un de vue pendant 1 minute au parc

Quand tu te dis qu’il serait temps de manger plus sain, mais que la tentation est trop forte

Quand tu regardes tes séries préférées en VO en direct à la télévision

Quand les enfants te corrigent tes fautes de grammaire ou de prononciation en anglais

Quand tu n’es pas d’accord avec les choix éducatifs des parents

Quand Internet ne marche plus

Quand tes pseudos Facebook les plus banals sont « aimés » par un nombre incroyable de personnes tumblr_n4o383FeIa1qhdvf5o1_500

Quand tu vois une Tour Eiffel ou du français quelque part

Quand tu regardes la télé sans sous-titres et que tu comprends tout

Quand tu dis à quelqu’un que tu viens de France

Quand tu te couches le soir avec « Itsy bitsy spider », « Frère Jacques », « Old MacDonald » ou « The Umi shake » en boucle dans la tête tumblr_m7gqfn5yyZ1rnujgp

Quand les boites en carton ne sont plus de simples boites en carton

Quand tu joues à cache-cache

Quand tu ne pas peux pas aller aux toilettes quand tu travailles sans avoir quelqu’un qui essaye d’ouvrir la porte, frappe à la porte, ou attends juste derrière que tu aies fini

Quand tu réalises que même s’ils te font tourner en bourrique toute la journée, tu les aimes très fort ces petites canailles… tumblr_mrn79pJJrs1qfa9ryo1_250

… et qu’ils te le rendent bien

Quand tu es là pour les enfants quand ça ne va pas, et les enfants savent qu’ils peuvent compter sur toi quand leurs parents ne sont pas là tumblr_mxznf0CWVW1qh5n42o1_500

Quand tu parles de la fin de ton année avec les enfants

Quand tu entends tous les jours ton prénom prononcé à l’américaine, mais tu as beau t’entraîner à le prononcer toi-même avec l’accent le mec de Starbucks l’écrira toujours n’importe comment

Quand tu étais considérée comme une héroïne avant ton départolivia-pope-swag

…mais que tu sais que quand tu vas revenir les gens vont penser que tu te la pètes parce que tu as vécu 1 an aux USA tumblr_inline_monnlxC0jR1qz4rgp

Quand tu te plains auprès de gens qui sont en France

Publié par : Camille | 8 février 2011

11-12 MOIS

Mea culpa, sorry, désolée… cet article vient bien plus tard qu’il n’aurait du, mais la fin de mon année aux US a été mouvementée, et à mon retour je n’avais pas très envie de « conclure » cette année donc c’était un peu difficile émotionnellement d’écrire ce dernier bilan. Et puis j’ai sauté celui des 11 mois parce que la fin est allée très vite et que je voulais profiter un maximum d’y être encore, donc je passais moins de temps sur l’ordi. Anyway! Le voici le voilà : mon bilan des 12 mois (tant attendu par au moins… 3 personnes xD) Je vais essayer de me remettre dans l’état d’esprit que j’avais à l’époque, parce que je compte faire un autre article sur un bilan de l’année, un autre sur les dernières semaines, et surtout un aujourd’hui, 1 mois après mon retour.

Donc flash-back, nous sommes le 17 décembre 2010, et je m’apprête à vivre mes derniers instants en tant que fille au pair après 12 mois à Nashville…

Social : Nouvelles rencontres sympathiques avec les nouvelles au pair vers le 11ème mois, mais comme j’allais partir bientôt ça n’est pas allé bien loin. J’étais décalée par rapport à toutes les autres au pair en fait, car le plus souvent les séjours se font à partir de juillet/août/septembre, donc celles qui étaient là avant avaient déjà des amies, et celles qui sont arrivées après n’avait pas trop d’intérêt à faire connaissance avec moi puisque j’allais bientôt ne plus être là. Mais heureusement, il avait Sandra, et ça va d’ailleurs être très dur de la quitter (ben oui j’ai dit flash-back hein, je ne suis pas encore partie) parce que pendant 1 an on a partagé plein de choses, que je me suis beaucoup confiée à elle, et que je ne sais pas quand je vais la revoir… Et puis il y a les au pairs que j’ai rencontré au stage de New York aussi, avec qui j’ai plus facilement sympathisé que celles de Nashville d’ailleurs, en particulier Noélie avec qui je suis partie à L.A et Vegas ! On était trop loin pour se voir, mais le peu de fois où on s’est vu on s’est bien éclatés ensemble !! Enfin bref, peu de relations « durables » mais beaucoup de rencontres quand même surtout via ma host family donc ça c’était enrichissant.

Les enfants : Qu’est-ce qu’ils ont grandis en 1 an ! C’est impressionnant de passer comme ça autant de temps avec des enfants et de vraiment les voir évoluer. Pendant mes derniers mois j’ai profité vachement plus d’eux, j’ai repris goût aux jeux ensemble, aux sorties au parc… (parce que des fois ça me gonflait un peu de devoir toujours être impliquée dans leurs jeux, je l’avoue, donc je ne prenais pas toujours de plaisir au bout d’un moment). Et puis on a beaucoup parlé de mon départ aussi, mais d’entendre des « I’m gonna miss you » ou des « I don’t want you to leave » et « I wish you could stay forever » à tout bout d’champ c’est mignon mais c’est vraiment pas facile pour moi. Même Hannah le disait, alors je vous dit pas quand les deux s’y mettaient en même temps ! Beaucoup de larmes de ma part, pas devant eux mais rien d’y penser ça me faisait pleurer. Comme un sentiment de les abandonner. Compréhensible vu l’implication que j’avais dans leurs vies, mais du coup j’avais peur qu’ils en souffrent et ça me rendait encore plus triste. Mais quand j’étais avec eux au contraire j’essayais de ne pas y penser et de profiter de chaque moment, chaque sourire, chaque câlins, chaque « I love you ». Une chose est sûre, ils resteront toujours dans mon cœur !

La nourriture : Aie aie aie, le constat de mes découvertes gustatives américaines est assez navrant quand même. Enfin pour mon poid et ma santé en tout cas ! Mais bon, comme c’était la fin, je me suis un peu laissée aller et j’ai profité de ce que j’aimais le plus et qui n’existe pas en France. La Asian sesame chicken salad de Panera Bread, les salmon & cream cheese bagels, les pbj sandwich (peanut butter & jelly), le pot roast et les pancakes de ma host, les bons hamburger de chez Wendy’s, les burritos de Taco Bell, les smoothies verts Naked… miam miam !! Et puis mine de rien j’ai pris des habitudes alimentaires assez américaines, même si j’en suis pas à manger du saumon au p’tit déj’. Bien sûr j’ai pris les kilos qui vont avec, mais ça c’était prévisible de toute manière…!

Anglais : Quel pied d’avoir parlé et entendu cette langue pendant 1 an !! Et surtout de maintenant avoir un niveau au-dessus par rapport à il y a 12 mois, et de ne plus avoir peur de faire de fautes ou de ne pas tout bien prononcer ! Le meilleur compliment que les gens pouvaient me faire, c’était de me dire quand je leur disais que j’étais française « Oh bah si tu me l’avais pas dit j’aurais pas deviné ! Tu as un très bon accent américain !! » Bon, je patouille encore un peu des fois, et sur certains mots ça doit s’entendre que je ne suis pas américaine, mais parfois je parlais mieux et avec un meilleur accent que certains immigrés de pays étrangers qui travaillaient là depuis plusieurs années, c’était drôle. Le pire dans le genre bafouillage et n’importe quoi qui sort de ma bouche, c’était quand j’engueulais les enfants. Alors là, avec l’énervement, je parlais à toute vitesse, et du coup ça sortait pas toujours dans le bon ordre. Maiiis ça allait mieux qu’au début quand même, et puis le jour où j’ai réalisé que oui, quand j’étais avec Hannah, je parlais anglais tout le temps et sans trop de soucis, ça m’a fait bizarre ! Bien sûr les problèmes de vocabulaires étaient toujours présents à la fin de mon séjour, mais à moins d’apprendre un dictionnaire par coeur ou de vivre là-bas pendant des années de toute façon on ne peut jamais connaitre TOUS les mots. Enfin de toute façon, comme je l’avais déjà dit, l’important et de connaitre le mot « thing » et de savoir pointer du doigt, à partir de là tout passe !! Et niveau compréhension mais quel bonheur de regarder la télé sans réfléchir et de comprendre tout ce qu’il s’y dit ! Ce n’était pas totalement le cas au début, mais ça l’était à la fin ! Et je ne supporte plus les sous-titres maintenant, ça me distrait plus qu’autre chose et je me retrouve à lire des traductions alors que je comprend très bien ce qu’ils disent en anglais sans passer par le français dans ma tête. C’est ça qui est génial aussi, de vraiment maîtriser la langue au point de la comprendre en tant que tel, sans passer par une traduction dans sa langue maternel au passage. Pas très pratique pour jouer les interprètes, mais idéal pour comprendre et parler plus vite.

Bilan général : La fin approche… arghhh ! Toujours en parlant comme si j’avais écrit cet article le 17 décembre, je dirais que je suis prête à rentrer, mais pas prête à partir. Envie de conclure cette expérience sans quitter la vie que j’ai construite pendant cette année et de partir loin des gens que j’aime ici. Mais en tout cas je ne regrette rien de cette année et c’était vraiment une formidable expérience !!! Des rencontres, des bons moments, des voyages… j’en ai pris plein les yeux, plein les oreilles, c’était une autre vie, et c’était génial.

Bon, dur dur de tout écrire comme si j’y étais encore donc ça doit être un peu n’importe quoi ce bilan (un coup j’utilise du passé, un coup du futur, bref), mais je m’étais promis de faire un bilan chaque mois donc il fallait que je le fasse. A suivre, donc, un bilan de l’année, un article sur mes derniers jours dans la famille et sur le territoire américain, et un autre bilan 1 mois après mon retour ! Stay tuned! De toute façon je suis inspirée et lancée, donc ça va s’enchaîner vite à mon avis 😉

Publié par : Camille | 21 octobre 2010


Bon bah là ça y est, ça sent définitivement la fin. C’est dingue comme le temps passe vite ! Ce mois-ci, ça aura fait 1 an tout pile que j’ai officiellement « matché » avec ma host family. Il y a 1 an à la même époque, je regardais les photos de Cara (la première fille de mon host) sur Facebook, je commençais à préparer un peu mon départ imminent, et j’avais très très hâte d’y être. J’ai du mal à réaliser qu’aujourd’hui j’y suis déjà depuis 10 mois, et que ce que je dois préparer maintenant c’est mon retour. Quand j’ai reçu l’email d’Au Pair Care au sujet de mon vol de retour, ça m’a mis une grosse claque. Et puis comme en même temps on est en train de planifier notre voyage à New York avec mon papa avant mon retour définitif en France, j’ai très hâte d’y être mais en même temps pas hâte de rentrer chez moi après. J’aimerais que ce soit juste des vacances, qu’après ça je reprenne un p’tit avion en direction de Nashville. Mais au lieu de ça, je vais prendre un gros avion, et je vais repartir dans mon petit pays… Pas que j’ai pas totalement envie de rentrer non plus, parce que je sais que ne plus être au pair va être un soulagement, mais ce qui va me manquer c’est ma p’tite vie ici, et surtout les enfants. Que vais-je faire sans mon p’tit roux ? Quand j’ai quitté la France pour venir ici, j’ai laissé derrière moi mes 4 petits anges français que j’aime fort, et ça a été dur car ils m’ont beaucoup manqué. Mais eux, je vais les revoir (moins souvent qu’avant par contre, vu qu’ils ont déménagés). Dans 2 mois ça y est, je sais que si j’ai envie, je pourrai. Mais mes deux petits américains d’ici… qui sait quand je les reverrait ? Et malgré tout ce qu’ils ont pu me faire pendant l’année, je les aime très fort aussi ces deux là. C’est vraiment quelque chose de fort que de rentrer dans la vie de deux enfants comme ça, d’y occuper une grande place pendant 1 an, et ensuite de partir sans savoir si on va les revoir. Hannah est ultra consciente que je vais pas rester, et même si elle a du me dire une fois en 1 an qu’elle aimerait que je reste plus, elle a pas l’air super traumatisée. Elle m’adore, mais bon, quand je serai plus là, elle trouvera quelqu’un d’autre pour jouer. Brendan, je ne sais pas trop, c’est plus compliqué. Il sait qu’à Noël je ne serai plus là, que je vais rentrer en France, mais je ne sais pas si il réalise vraiment ce que ça veut dire. Et quand je vois qu’après une journée d’école des fois il me dit que je lui ai manqué… ça fait un peu peur. Mais il s’en remettra vite je pense. Le seul truc qui va vraiment leur faire bizarre c’est de ne plus avoir d’au pair. Surtout pour Brendan qui n’a jamais vraiment connu autre chose. Ne plus avoir quelqu’un constamment là pour jouer, ça va leur faire un choc à ces petits qui ne savent pas jouer par eux-même et se disputent tous les 5 minutes quand ils jouent ensemble !!

Enfin bref, tout ça pour dire que voilà, 10 mois aux USA, la fin approche, mais… elle n’est pas encore là !! Revenons donc sur ce 10ème mois…

Social : Je pense que c’est officiel, mon amie de l’année aura été Sandra ! Les nouvelles au pair sont plus sympa que les « anciennes », mais c’est pas pour ça qu’elles m’invitent plus que les autres… Faut dire aussi que j’ai pas de voiture, alors c’est pas pratique, mais c’est aussi pour ça que j’ose pas leur proposer des sorties, parce que si c’est pour dire « tu veux qu’on aille faire ça ? ok alors tu peux venir me chercher ? »… je sais pas, j’aime pas faire ça quand je connais pas encore bien les gens. Mais bon, une amie c’est déjà mieux que rien quand même, et on aura passé des bons moments avec Sandra ! Notre perpétuelle bataille France vs Germany nous aura valu de beaux fous rires, on connait le mall de Green Hills par coeur, j’ai vu des films qu’elle avait envie de voir et que j’aurais jamais vu si elle m’y avait pas entraînée… et puis quand on est toutes les deux avec les enfants on s’amuse bien aussi, c’est toujours plus marrant d’avoir une autre adulte avec soi pour rigoler ou se désespérer des attitudes des enfants ! On en aura regardé des trucs pourris (ou pas) à la télé lors des soirées où elle était là car mes hosts étaient en tournée, on en aura vu des pubs qui nous paraissent invraisemblables, à nous petites européennes que nous sommes, et on en aura mangé du pot roast à chacune des ces soirées ! Bref, même si je vais être très contente de retrouver mes amies françaises, ma nouvelle amie américo-allemande va me manquer !

Les enfants : L’autre jour je relisais mon tout premier bilan, dans lequel je dis à propos d’eux que le problème d’Hannah c’est le rangement, et celui de Brendan la nourriture. Et bien 10 mois après, mesdames et messieurs, je vous annonce que… c’est toujours pareil ! Ils ont grandis certes, Hannah est un peu plus mature certes, mais c’est deux choses-là sont encore un grooos point noir au tableau. J’ai beau répeter 500 fois par jour à Hannah de ramasser ce qu’elle vient de faire tomber, de ranger-ci, de pas poser ça sur le sol… ça change rien. Le pire, c’est quand je lui demande de ranger un truc, et qu’elle le pose juste autre part au hasard, sans le ranger vraiment. Et Brendan fait moins de crises pendant le diner quand même, mais son menu n’est toujours pas très varié et il arrive toujours à me faire des crises parce que je vais lui dire non pour un cookie à 8h du matin. Mais sinon à part ces deux choses qui n’ont pas changé, ils ont quand même beaucoup changé les p’tits loups depuis que je suis arrivée. Cette semaine, Brendan a eu 2 nouveaux sièges auto pour « big boy », les booster seat avec dossier pour les petits qui ne sont pas encore assez grand pour les booster normaux mais trop grands pour les sièges bébés. Il est tout fière de devenir un grand garçon, c’est trop mignon ! Et puis tous les vêtements d’hiver que je lui mettais l’an dernier, ils sont tous trop petits ! Bon on est pas en hiver encore, mais quand il fait un peu frais je lui met des tee-shirts à manches longues, mais je tourne sur 3 en ce moment donc c’est un peu juste !! Et Hannah adore aussi être une « 3rd Grader » (CE2 chez nous), et elle fait sa grande en disant régulièrement à Brendan « I know that! I’m in 3rd Grade! You’re just in pre-school, that’s not even a grade! » (Je sais ça! Je suis en CE2 ! Toi t’es en maternelle, c’est même pas une classe !). C’est assez drôle aussi. J’ai l’impression d’être dans La fête à la maison des fois, ils ont des disputes tellement théâtrales :p C’est des sacrés numéros ces deux-là !!

La nourriture : Derniers mois, je profite des bonnes choses d’ici que je vais pas trouver en France maintenant ! Bon c’est pas comme si j’en avais pas déjà profité pendant 10 mois mais euh… bref. Je songe très fortement à ouvrir un Panera Bread à Paris d’ailleurs. Et un Sweet Cece’s. Oh oui, mon dieu, comment vais-je survivre sans les merveilleux frozen yoghurt de Sweet Cece’s ???! Est-ce que ça existe d’ailleurs les (bons) frozen yoghurt en France ?? Parce que c’est teeellement bon !! Hmm enfin voilà, mais ça va me faire du bien de retrouver de la vraie nourriture et des repas variés, quand même.

Moral : Dès que je ressens un peu de ras-le-bol, je me dis que j’ai plus que 2 mois c’est là de suite je vois ça autrement. Mais en même temps, ça me mine un peu de savoir que la fin est proche des fois. Donc c’est assez partagé. Mais pas de gros coup de mou en tout cas. Et puis je suis excitée comme une puce depuis que je sais que ma maman va venir 2 jours à Nashville !! Tellement hâte de lui montrer en vrai ma petite vie américaine ! Et puis aussi, par rapport au début de l’année où j’avais peur de ne pas tenir, ben je suis fière d’avoir tenue au final ! Il n’était pas question que j’abandonne pour rien de toute façon, je comptais bien profiter de cette aventure au maximum, et je suis contente de l’avoir fait ! C’est pas encore fini, mais bon là y’a aucune raison que je parte avant de toute façon, j’ai mon papa qui m’attend à New York à Noël maintenant, et il est hors de question de réduire le temps déjà court qu’il me reste avec ma p’tite blonde et mon p’tit roux !!

Anglais : J’arrive presque à suivre un épisode de House sans sous-titres, et ça c’est un grand progrès ! Je comprend plus de choses quand je ne suis pas forcement concentrée aussi. Mais des fois quand je regarde la télé je me rend même plus compte que c’est en anglais tellement tout me paraît naturel. Ça ne m’empêche pas d’apprendre de nouveaux mots tous les jours encore, surtout avec Hannah. Par contre niveau expression orale, autant des fois je sors des trucs sans réfléchir, autant d’autres fois quand je réfléchis trop je m’emmêle les pinceaux et ça donne encore des trucs assez bizarres. Mais je suis de plus en plus confiante, et je n’ai plus du tout peur de parler anglais maintenant ! Par contre je redoute un peu mon rôle de traductrice avec ma maman et mon papa… parce que je pense tellement en anglais, que j’arrive pas à passer par le français pour parler anglais en fait (je fais même plutôt l’inverse, je cherche à dire en français des trucs que je dis en anglais). Donc pour traduire, c’est pas toujours évident. Pourtant c’était un de grands mes exercices l’an dernier à Disney Channel, mais j’ai un peu perdu la main là. Et ce qui me gène aussi c’est quand je glisse des expressions en anglais dans du français… et qu’on ne me comprend pas. Rien de pire que de devoir expliquer des expressions typiquement américaines en français :p Du coup je fais attention à ne pas en utiliser trop (surtout avec une certaine personne dont le prénom commence par Sa et fini par rah….. :D). Mais sur Facebook je peux pas m’en empêcher, y’a des trucs que je ne peux pas dire autrement qu’en anglais ! Pardon chers amis fâchés avec cette langue… promis je vous donne des cours en revenant 😉

Bilan général : Tout va toujours bien, la vie suit son cours, l’aventure est presque finie mais j’en profite encore tant que je suis toujours dedans. Je me suis bien adaptée à l’american way of life, à tel point que ça va sûrement me faire un choc culturel plus important en rentrant qu’en arrivant ! Et puis à côté de ça, je vois la France partir en cacahouète en ce moment, et je me dis que je suis tellement mieux ici, dans ma vie tranquille de fille au pair, dans un pays où je n’ai pas à me soucier des affaires politiques parce qu’elles ne me concernent pas, et dans un pays… qui ne fait pas grève générale dès que le gouvernement lève le petit doigt. Enfin bref, en tout cas j’ai hâte de vivre un vrai Halloween américain, un vrai Thanksgiving américain, et mon anniversaire à l’américaine (avec mon gâteau Toy Story et ma poupée Fée Clochette en cadeau, c’est Brendan qui l’a dit) ! Et puis THE big event du mois prochain : hâte de faire découvrir mon nouveau monde à ma maman !! J’aurais pu survivre sans la voir pendant 1 an, mais j’avais vraiment envie qu’elle rencontre ma host family, qu’elle voit la maison en vrai, qu’elle partage un peu mon quotidien, donc même si ce n’est que pour 2 jours et 3 nuits, je suis foooolle de joie !!!! 🙂

Publié par : Camille | 17 octobre 2010

What it’s like to live in the USA – Part II

Environ 1 mois après mon arrivée ici, j’ai fait une liste informelle de ce que j’ai pu observer et remarquer dans ce pays (à lire ICI). A l’approche du début de mon 11ème mois (argh, j’aurais du dire de la fin de mon 10ème mois, ça fait moins peur), il est temps de faire un nouveau petit bilan de tout ça. Mais tout d’abord, j’aimerais préciser (et je le redis plusieurs fois dans l’article) que ce n’est que ce que j’ai constaté. Je ne dis pas que c’est partout comme ça et que tous les américains sont pareil !

Comme la dernière fois, commençons par les américains. Les américains, ils sont « friendly« . Pas tous certes, car il y a toujours des exceptions, mais une grande partie. Ils entament facilement la conversation, et ce dans n’importe quel endroit ou situation. Combien de fois j’ai pu avoir des échanges avec des inconnus au parc, au resto, dans une boutique, dans la rue, dans le bus… Il suffit de pas grand chose pour que ça démarre, même si ça ne dure jamais très longtemps. Mais ça fait du bien des fois d’échanger avec des inconnus. En France, j’ai souvent échangé des regards, amusés, agacés, étonnés… mais ici, les gens s’expriment, les gens extériorisent, les gens n’ont pas peur du contact (verbal) avec les autres. Un jour dans le bus trois personnes un peu bizarres sont montées. L’arrêt d’après, une jeune fille encore habillée avec son uniforme McDonald’s est montée, et un des mecs lui a lancé un « Il est où mon hamburger ? ». En France, la réaction typique est 1) le regard de dédain 2) l’ignorance 3) l’insistance du mec 4) la fille se met le plus loin possible dans le bus. C’est ce que je m’attendais à voir. Mais au lieu de cela la fille a rigolé, lui a répondu, s’est assise presque en face de lui, et lui souriait. J’ai trouvé que c’était un exemple très démonstratif de ce que sont les américains. Ils savent faire attention à eux, mais ils ne sont pas sur la défensive. Et en 10 mois, j’ai fait mon maximum pour apprendre à faire pareil. D’où le choc culturel que je risque de subir en rentrant en France…

Toujours dans l’esprit « friendly », ils aident très spontanément aussi. Si ils voient quelqu’un chercher, hésiter, faire quelque chose de travers, ils n’hésitent pas à venir mettre leur grain de sel pour aider. C’est peut-être la grande place de la religion qui en fait des « bon samaritain », je ne sais pas. Mais je sais que pareil j’essaye d’adopter cette habitude, si bien qu’un jour à Target quand j’ai vu quelqu’un regarder l’appareil photo que je venais d’acheter je me suis approchée et lui ait dit que je l’avais, qu’il était top, mais beaucoup moins cher sur 😀 Je ne sais pas ce qu’il a fait de ce conseil, mais j’étais fière de moi car aborder des inconnus ça a jamais été trop mon fort ! Et c’était pas pour draguer hein :p

Les américains, ils sont également aseptisés. Je dis pas que c’est bien ou pas bien, mais ce qu’on a vécu quand le virus H1N1 est arrivé c’était déjà en place chez eux. Les sanitizer ils étaient déjà partout. Dans les toilettes des restaurants une pancarte indique aux employés qu’il est obligatoire de se laver les mains avant de retourner travailler (ça c’est certain que c’est mieux quand même). Ils se lavent les mains dès qu’ils ont touché quelque chose avec le petit doigt. Ils évitent de boire l’eau des « robinets » publics (water fountains). Ils peuvent se doucher 3 fois par jour. Ils serrent rarement la main, ne font pas la bise, mais font des hugs pour dire bonjour (c’est culturel, mais ça reste quand même également un moyen de ne pas échanger de microbes mine de rien). Ils toussent et éternuent dans leur coude, ce que je fais aussi maintenant. Pas étonnant qu’on est la réputation d’être sales, vu comment eux ils sont ultra propres !

Les américains sont aussi très extravertis. Ça va de paire avec le côté friendly ça aussi, mais pas seulement. Ils n’hésitent pas à aider et à parler, à exprimer leur joie… mais ils n’hésitent pas non plus à critiquer et râler quand c’est nécessaire. Mais les américains sont respectueux aussi. En voiture même si moi je ne conduis pas je sais qu’ils respectent les autres et le code de la route en général -exception faite des feux oranges et des limitations de vitesse. Mais ils ne sont pas respectueux qu’en voiture. Ils sont aussi respectueux des autres, de la propreté (les poubelles ils savent ce que c’est et ils s’en servent), et des règles. Et on peut dire qu’il y en a des règles ! Mais si ça peut permettre l’ordre, moi je suis pas contre. Sauf qu’en France, la plupart de ces règles ne fonctionneraient pas. Bien sûr je parle en général, car comme partout il y a toujours des gens qui ne respectent rien. Mais j’ai quand même l’impression qu’ils sont une minorité par rapport à la France.

Après ses habitants, passons au pays. Aux Etats-Unis, demander un doggy bag à la fin du repas au restaurant est normal. Aux Etats-Unis, les serveurs nous demandent si on veut l’addition séparée ou ensemble quand on est plus d’un. Aux Etats-Unis, on risque pas d’oublier où on est car le drapeau du pays est partout. Aux Etats-Unis, les plus de 70 ans travaillent… et ont du travail dans des endroits où on en voit peu en France. Aux Etats-Unis, personne ne prend le train, et ça se comprend quand on voit la qualité et le prix. Aux Etats-Unis, c’est pas les trains qui sont toujours en retard, c’est les avions. Aux Etats-Unis, les magasins font des soldes quand ils veulent. Aux Etats-Unis, y’a des campagnes publicitaires pour des candidats aux congrès à la télé, qui se finissent par « I’m [nom du candidat] and I approve this message. » Aux Etats-Unis, il y a aussi des pubs pour des avocats locaux qui promettent de régler tous vos soucis légaux. Car aux Etats-Unis, ce n’est pas une légende, on fait des procès pour un rien. Aux Etats-Unis, quand des médicaments ou produits sont rappelés, il y a des messages à la télévision (et j’en ai déjà vu pas mal de fois…). Aux Etats-Unis, dans certains restaurants on a des bipeurs pour quand notre commande est prête, ou qu’une table est disponible pour nous. Aux Etats-Unis, les stars sont sur Twitter. Aux Etats-Unis, il y a des magazines de coiffures. Beaucoup de magazines de coiffures. Aux Etats-Unis, il y a des 100aine d’émissions de télé réalités… mais croyez-moi, en France on en prend vraiment pas le meilleur parce que y’en a qui sont top ici. Aux Etats-Unis, dans la plupart des fast-foods on se sert nous-même de boisson avec des fontaines à soda divers, ice tea… et on peut se resservir tant qu’on veux (ahh la magie du refill). Aux Etats-Unis, les gens ont plus de glaçons que de boisson dans leur verre. Aux Etats-Unis, y’a tellement de glaçons dans les boissons qu’elles peuvent rester 3h au soleil et être toujours fraîches. Aux Etats-Unis, on peut choisir quel type de fromage on veut dans notre burger ou sandwich. Aux Etats-Unis, y’a des gens qui mettent nos courses dans des sacs au bout de la caisse (ou le caissier lui-même). D’ailleurs, aux Etats-Unis, y’a beaucoup plus d’hommes aux caisses qu’en France j’ai l’impression. Aux Etats-Unis, les gens mettent des panneaux « votez pour machin » dans leur jardin, ansi que des stickers sur leur voiture. Aux Etats-Unis, les enfants apprennent vraiment en s’amusant, et les programmes d’école sont ludiques et intéressants. Aux Etats-Unis, AT&T dit avoir la plus vaste couverture, mais Verizon dit que non, c’est eux en fait. Aux Etats-Unis, on te regarde pas bizarrement si t’es habillé bizarrement, et des gens habillés bizarrement y’en a pas mal ! Aux Etats-Unis, les gens te disent pardon parce qu’ils ont FAILLIS te rentrer dedans. Aux Etats-Unis, on ne dépasse JAMAIS un bus scolaire arrêté car c’est formellement interdit. Aux Etats-Unis, il est interdit de se garer à contre-sens dans une rue. Aux Etats-Unis, il faut donner un pourboire de 15% du prix de l’addition. Aux Etats-Unis, il y a des pubs pour des produits avec des numéros à appeler pour les commander, et même que si on appelle maintenant on l’a à 50% moins cher, et on en a même 2 de plus en cadeau ! Aux Etats-Unis, il y a beaucoup de feux rouges, beaucoup de stops, mais très très très très peu de ronds-points. Aux Etats-Unis, la grande majorité des voitures ont un « cup holder » au milieu (pour les cafés Starbucks… entre autre !). Aux Etats-Unis, il y a deux extrêmes : ceux qui font du sport à fond (club de gym, jogging tous les matins…), et ceux qui bougent jamais de leur canapé. Aux Etats-Unis, c’est comme dans les séries, le sport est omniprésent et très important pour les enfants. En primaire cours de sport tous les jours, beaucoup d’enfants pratiquent un sport en dehors que ce soit après l’école (en afterschool ou en tant qu’activité extra-scolaire) ou en camp pendant les vacances, et au lycée il est très important pour les garçons d’être bons en sport car ça a une grande place sur l’appréciation générale pour entrer en université. Aux Etats-Unis, la plupart des gens ne cuisinent pas. Ils vont au resto, et ce qu’ils ont dans leur frigo c’est le doggy bag de la veille, les hot dogs pour les enfants, et du peanut butter. Ce n’est pas le cas de ma famille d’accueil heureusement, qui cuisine tous les soirs. Aux Etats-Unis, on peut prendre des cours de conduite à 15/16 ans au lycée. Aux Etats-Unis, il ne faut même pas pensé pouvoir survivre sans voiture, où que l’on soit (mis à part les grandes villes avec un bon réseau de transports en commum), car on ne peut pratiquement rien faire à pied et même les grandes villes sont très dispersées. Aux Etats-Unis, les plaques d’immatriculations ne sont pas obligatoires à l’avant de la voiture. Aux Etats-Unis, le fer à repasser ne sert que pour les chemises, tout le reste c’est plié à la sortie du sèche-linge et hop, direct rangé dans le placard (mais ça ne parait pas froissé une fois porté). Aux Etats-Unis, les stars de télé viennent faire leur promo dans les talk-show des chaînes concurrentes. D’ailleurs le plus souvent leurs interventions sont moitié promo moitié vie privée/anedcote marrante. Les stars sont très expressives et théâtrales dans les talks shows, c’est souvent très drôle et agréable à regarder ! Aux Etats-Unis, la télévision lance les acteurs au cinéma (contrairement à la France pour qui la télé ferme souvent les portes du cinéma aux acteurs). Aux Etats-Unis, il y a des trailers de films qui passent au milieu des pubs à la télé. Aux Etats-Unis, il y a du wifi gratuit dans la majorité des fast-food/restaurants/cafés. Aux Etats-Unis, il y a le frozen yoghurt. Aux Etats-Unis, les gens mettent du parmesan sur leur pizza fromage. Aux Etats-Unis, on peut avoir un hamburger ou un sandwich pratiquement dans tous les restaurants, même les plus « chics ». Aux Etats-Unis, les enfants sont constamment stimulés intellectuellement. Ils ont des flash cards pour apprendre les lettres, les mots, les couleurs, les chiffres, les maths… Beaucoup de shows pour les petits demandent une active participation : l’enfant doit compter avec eux, répondre à leurs petites énigmes et questions… il est en constante stimulation intellectuelle. Aux Etats-Unis, ils ont des ustensiles pour tout. Aux Etats-Unis, les gens se soucient plus de manger des protéines que d’avoir du cholestérol. Aux Etats-Unis, je l’ai déjà dit mais les pubs pour les médicaments elles donnent grave envie de rester comme on est plutôt que de risquer tous les effets secondaires énoncés. Aux Etats-Unis, un nombre incroyable de médicaments sont en vente libre dans les « supermarchés ». Aux Etats-Unis, les pharmacies comme en France n’existent pas, quand on va s’acheter du sirop on peut aussi en profiter pour acheter du lait, un magazine, une couverture avec des trous pour les bras, une brosse à cheveux et un stylo (et on repars avec 50$ de dépenses au lieu des 8$ du sirop). Aux Etats-Unis, il faut tirer sur un cordon pour demander l’arrêt dans les bus. Aux Etats-Unis, il faut avoir le compte juste pour le ticket de bus acheté au conducteur, sinon on a un ticket qui sort avec la valeur en trop mais pas de monnaie (c’est comme ça que je me suis retrouvée avec un ticket d’une valeur de 0.05$ en mettant 5c de trop par mégarde xD). Aux Etats-Unis, les gens adorent la compétition. Aux Etats-Unis, ils ont la clim. Aux Etats-Unis, ils la mettent parfois un peu fort, la clim. Aux Etats-Unis, les plaques d’immatriculations ont l’Etat écrit dessus, et des illustrations en fond qui sont propres à l’Etat en question. Aux Etats-Unis, ils aiment la France, mais les français ont une mauvaise réputation. Aux Etats-Unis, pratiquement tout est traduit en français sur les produits (jouets, nourriture, produits de beauté…). Aux Etats-Unis, il y a une multitude de types d’Oreos différents, et on en trouve PARTOUT. Aux Etats-Unis, les Danoninos sont pas bons. Aux Etats-Unis, les oeufs sont blancs. Aux Etats-Unis, ils mangent des bagels. Aux Etats-Unis, il y a Elmo. Aux Etats-Unis, les feux rouges sont après l’intersection, au dessus de la route. Aux Etats-Unis, les panneaux des rues sont orientés dans le sens de la rue. Aux Etats-Unis, les enfants vendent de la limonade maison au parc ou devant leur maison. Aux Etats-Unis, il n’y a pas de brocantes, mais des yard sales, qui consistent à vendre tous les trucs dont on a plus besoin devant sa maison. Aux Etats-Unis, ce n’est pas un mythe, ils ont du beurre en spray. Aux Etats-Unis, il y a autant d’écureuils qu’il y a de pigeons à Paris. Aux Etats-Unis, il y a des églises. Beaucoup d’églises. Beauuuuuucoup beaucoup d’églises. Aux Etats-Unis, la créativité est très importe, tout comme les arts. Les enfants à l’école font beaucoup de projets artistiques même après la maternelle et leurs talents artistiques sont mis en valeur ; les artistes n’ont en général pas appris qu’un seul art (les acteurs apprennent à danser, chanter, jouer d’un instrument… les chanteurs apprennent à jouer la comédie, à danser, et à jouer d’un instrument également…), les prétendantes à Miss America doivent savoir danser, chanter ou jouer, et pas n’importe comment parce que celles qui arrivent au top 10 doivent faire démonstration de leur talent ; les émissions de télés réalités sur la création de vêtements, de gâteaux, de cupcakes, de compositions florales etc. sont très nombreuses… il y a sûrement de meilleurs exemples, mais en tout cas c’est certain qu’ils sont très portés sur tout ce qui est artistique. D’où leur amour pour la France j’imagine.

Je pense avoir fait le tour, la liste est déjà longue là. Elle est évidemment beaucoup plus complète qu’il y a 9 mois, puisque j’ai eu le temps de voir beaucoup plus de choses. Certains éléments de cette liste me sont tellement familiers que j’y prête presque plus attention, certains me font toujours rire, certains me désespèrent… Mais en tout cas, cette liste n’est en aucun cas ni un pamphlet pro-USA pour dire que tout est bien tout est mieux, ni une critique anti-USA pour dire que tout est différent tout est nul ! Chaque pays à ses caractéristiques, ses qualités, ses défauts… et je n’ai fait qu’énumérer les quelques petites chose que j’ai pu remarquer ici en tant qu’expatriée 🙂

Mine de rien, même si c’est assez « proche » de la France car c’est un pays développé bla bla bla, c’est quand même des mentalités très différentes, et des modes de vies différents également. Ni mieux, ni pire, juste différent. Mais de vivre ici ne m’a pas seulement permis d’observer tout ça. Cela m’a aussi permis d’observer la France de loin. Pas vraiment à travers les journaux, je ne les lit pas, ne regarde pas les infos à la télé, et ils en parlent très peu de toute façon. Mais principalement à travers Facebook. Les statuts, les articles et les vidéos partagés m’ont donné un petit aperçu de ce qui se passait en mon absence, et à chaque fois ça me faisait un petit peu mal à voir. René la Taupe, Secret Story, je ne sais plus quel association de mots insultants qui renvoyaient sur le site du président sur Google, les grèves, la grosse grève qui se passe en ce moment, les réformes qui ne passent jamais et ne font que créer un immense bazar pendant qu’aux Etats-Unis ils ont passer une réforme sur la sécurité sociale qui certes n’a pas eu que des partisans mais qui n’a pas causé d’émeutes dans tout le pays en tout cas, alors que c’était une réforme extrêmement importante, qui selon certains n’est pas à la hauteur des attentes. On se plaint de notre réputation de râleurs, mais on la mérite franchement. Ici les les journalistes sont professionnels, les débats sur les radios sont civilisés, et ne portent pas sur les nouvelles crocks de la ministre untel ou sur un sms intime reçu par le président. En France je trouve qu’on parle trop sur des sujets « polémiques » qui n’en sont pas. Mais à côté de ça, on peut aussi reprocher aux Etats-Unis d’avoir mis bien trop de temps à régler leur fuite de pétrole, et bien d’autres choses encore. Encore une fois, il y a des qualités et des défauts des deux côtés !

Mais ce que j’aime, moi, ici, c’est que cette année je l’ai vécu dans un pays qui n’était pas le mien, et par conséquent où je n’avais pas à me soucier de la politique et de toutes ces choses-là. Ça fait un bien incroyable d’être libérée de ce poids. Le taux de chômage, les nouvelles réformes, les élections de je sais pas quoi, les grèves, les polémiques, les gueguerres entre partis qui pensent aux prochaines élections plutôt qu’à ce qu’il se passe au moment présent…. vous pouvez pas savoir comme ça fait du bien de prendre une pause de tout ça pendant un temps. Surtout pour moi -honte à mon passé de bachelière économiste- pour qui ce n’est pas une grande priorité. Et puis le fait de gagner de l’argent sans avoir de dépenses, de vivre dans une famille aisée, une grande maison, une grande ville… ça rend la vie plus simple. On a l’impression que tout est possible. On va faire du shopping sans réfléchir. Ou on fait des économies, on prend un billet d’avion, et on se retrouve à Los Angeles, où n’importe où aux Etats-Unis. Ça, c’est le côté « belle vie » des filles au pair. Bien sûr il faut ajouter à ça le quotidien avec les enfants, qui n’est pas toujours facile à gérer.

En conclusion, je dirais juste que cette année fût une formidable pause des tracas du quotidien français (à ce propos, cher RER, tu ne me manques PAS DU TOUT), et un moyen formidable de découvrir une autre culture autrement que par les films et séries d’Hollywood. Quoi que finalement, on retrouve pas mal de choses dans les films. Mais c’est tellement mieux de l’expérimenter par soi-même, de le voir, de le vivre.

Et puis parfois, j’ai l’impression de vivre dans un film ou de faire partie d’un série. Et le plus amusant, c’est quand je regarde la télé et que je me dis « j’ai vu ça !!! » ou « j’utilise ça !! » ou « je suis allée là !! ». Je vous préviens les amis, ne regardez jamais un film américain avec moi désormais, car vous risquez de ne pas pouvoir suivre 😛 Et comme ce sera en VO en plus, ce sera deux fois plus compliqué !

Voilà voilà, mon petit bilan de ma vie américaine est terminé ! A très bientôt pour le bilan de mes 10 mois (OMG!!!) 😉

Publié par : Camille | 19 septembre 2010


L’an dernier, quand j’avais fait 9 mois de stage et que j’ai prolongé pour 3 mois qui allaient être les 3 derniers mois, j’avais peur que ça passe trop vite. Et en effet, c’est passé trèèès très vite. Donc là, 9 mois aux USA, ça commence réellement à me faire peur, parce que la fin est vraiiiiment très proche…! Mais depuis que je suis revenue du séjour que je viens de finir de décrire ci-dessous, deux choses se sont produites : 1- Je me suis rendue compte de la chance que j’avais d’être allée à Los Angeles et Las Vegas, et par extension je me suis réellement rendue compte de la chance que j’avais d’être ici, à Nashville. C’est tellement devenu une habitude d’être dans cette ville que j’en oublie parfois que je suis aux USA, et que j’ai énormément de chance d’y être et d’y vivre ! Alors je compte bien profiter à fond de ces derniers mois dans ce pays ! 2- J’ai vu des tas de choses que j’avais envie de voir, et maintenant il ne me reste plus que New York et Philadelphie (programmé en décembre) et j’aurais été dans les principaux endroits que je voulais voir ici, donc je sais que je ne repartirai pas déçue de ne pas avoir assez voyagé, car même si je n’ai pas beaucoup bouger le week-end j’aurais quand même vu plein de belles choses pendant mes voyages !

Passons maintenant au bilan de ces 9 mois (je l’écris encore une fois histoire de bien me rendre compte xD) !

Social : Troooop au top pendant mon voyage ! Je devrais faire un tour dans les auberges de jeunesse de Nashville en fait ! Les gens qui étaient à notre auberge étaient vraiment sympa et j’ai pu à la fois pratiquer mon anglais et mon français (ça faisait longtemps que j’avais pas eu une vraie conversation tout en français !!). Et puis j’ai retrouvé Noelie avec grand plaisir et on s’est vraiment bien amusées ensemble. Et c’était un plaisir de rencontrer Yohan ! Bref, ça m’a fait du bien d’être avec de nouveaux gens un peu !

Les enfants : Les pauvres petits choux ont été malades chacun leur tour ces deux dernières semaines, alors j’ai eu l’occasion de passer pas mal de temps seule avec l’un et l’autre. Pour Brendan rien de bien nouveau si ce n’est que j’ai profité à fond de ces dernières fois où je l’avais toute la journée à la maison puisqu’il va maintenant aller à l’école tous les jours. Mais pour Hannah, ça m’a fait plaisir parce que quand elle était pas bien on a regardé Full House toute la journée, et quand elle allait mieux on a fait des jeux de sociétés et des dessins, choses qu’on ne peut pas vraiment faire quand Brendan est là parce qu’il veut jamais jouer comme on lui apprend et qu’au bout de 3 coups de crayon il veut déjà jouer à autre chose. Sinon en général pas de changement, ils ont toujours leurs bons et leurs mauvais côtés ! Mais comme je disais déjà le mois dernier, Hannah s’est vraiment amélioré sur plusieurs points et a vraiment grandi depuis que je suis arrivée donc c’est agréable. Brendan par contre reprend toutes les mauvaises habitudes de sa soeur (genre dire « I NEVER do it » quand on lui dit non pour un truc), mais c’est toujours un vrai petit clown !

La nourriture : C’est officiel, j’ai grossis. De combien j’en sais rien parce que je me suis pas pesée depuis ultra longtemps, mais j’ai essayé l’autre jour des pantalons de l’ancienne au pair qui m’allaient juste au début de l’année (je les avais gardé en me disant que j’allais tenter de perdre du poids pour pouvoir les mettre.. haha!) et je peux même pas fermer la fermeture éclair. Mais bon mes pantalons à moi ils me vont encore et je rentre dedans sans problème, donc c’est pas non plus terrible. C’est juste le manque de danse et le trop plein d’Oreos 😀 Et puis par contre j’ai quand même pris de sacrés habitudes alimentaires américaines ! J’ai même fait une liste informelle à ma maman l’autre jour sur msn pour qu’elle vérifie si ce que j’aimais ici était trouvable en France…! J’ai réappris à prendre un vrai petit déjeuner le matin aussi, parce que comme je reste à la maison et que j’ai pas de train à prendre, j’ai tout mon temps pour me préparer quelque chose, ou juste manger quelques céréales. Au moins je ne grignote plus avant le déjeuner !

Moral : Petite baisse à mon retour de L.A parce que j’aurais aimé que ça ne se termine jamais, mais sinon aucun soucis. Comme je l’ai dit j’ai réalisé ma chance surtout maintenant que ça va bientôt se terminer, donc je profite en essayant de ne pas trop penser à mon retour. Mais un peu quand même, histoire de m’y préparer psychologiquement, et de préparer les enfants aussi, surtout Brendan. J’ai commencé à trier mes affaires pour envoyer à mes parents ce dont je n’avais plus besoin, je commence à me demander sérieusement comment je vais rentrer tout le reste dans mes valises… Mais je pense à mon retour de façon positive, pour me pousser à profiter encore plus justement !

Anglais : D’après le chauffeur qui m’a amené à l’aéroport et le vendeur de pêches avec qui j’ai discuté en attendant le bus un jour, on ne remarque pas que je suis pas d’ici quand je parle. Mais je ne pense pas que je puisse vraiment leur faire entièrement confiance étant donné que les deux me faisaient un peu du charme xD Donc on va dire que ça s’améliore toujours doucement, que je réfléchis de moins en moins quand je parle, mais qu’il m’arrive encore quand je suis fatiguée de partir en live et de butter sur des prononciations (« I would have » est mon pire ennemi en ce moment, et j’ai un soucis avec le passé quand j’utilise « did », genre j’ai tendance à dire « I didn’t said that » ou « Did you played with that? » alors que le verbe doit être au présent… donc à chaque fois je me reprend). Mais à L.A je me suis vraiment rendue compte que je pouvais tenir des discussions sans problème donc c’est agréable ! Et puis je pense toujours en anglais, un peu trop même. L’autre jour, quand je faisais justement ma liste de nourriture américaine à ma maman, je lui montrais en même temps ce que certains aliments étaient avec des liens Google, et au moment de lui montrer les Mac&Cheese, j’ai écrit « je vais t’introduire les mac&cheese »… Evidemment je voulais dire « te présenter », mais dans mon esprit comme on dit « introduce » en anglais, ben on dit « introduire » en français, logique ! Je n’ai réalisé que quelques secondes après, et parce que ma mère s’est un peu interrogée sur le terme employée, le réel sens de ma phrase… xD Et parfois j’ai tellement de mal à retrouver des mots en français que je suis obligée d’aller les traduire de l’anglais sur un dictionnaire en ligne ! Parce que même quand j’essaye de penser en français j’ai toujours des mots anglais qui se glissent, donc quand j’écris en français parfois je bloque sur des mots parce qu’ils me viennent qu’en anglais.

Bilan général : Très bon mois, surtout grâce à mes super vacances ! Très peu de temps qui reste, mais encore plein de choses à vivre ! Halloween, Thanksgiving, mon anniversaire… Ça va être sympa tout ça !

Ben dis donc, j’ai du mal à croire que j’ai fait un bilan si « court » ! J’ai du épuiser tous mes mots dans l’article précédent…! Mais en même temps c’était ça où je me répétais par rapport aux derniers mois donc je n’ai pas grand chose d’autre à dire en fait. Tout va bien, je profite, je vis. Ah et aussi je regarde la télé de plus en plus parce que même si les 50 pubs par heure ça va pas me manquer, le fait de pouvoir regarder toutes ces émissions, ces rediffusions de séries qui ne sont plus rediffusées en France, et très bientôt le retour du fait de pouvoir regarder les séries que j’aime en direct, ça ça va me manquer !!!

Publié par : Camille | 19 septembre 2010

What happens in Vegas stays… in my blog!


Première mission du matin : refaire ma valise. Je l’avais déjà refaite pour changer de chambre la veille, mais c’est vite redevenu le gros bordel. Je l’ai donc vidée totalement pour tout refaire dans les règles de l’art. Une fois faite, je me rend compte que je n’ai pas vu mon adaptateur France>USA et ma prise multiple. Je cherche partout, même dans ma valise fraichement refaite,  impossible de les retrouver. Super, encore un truc de paumé, après mon portable 10 fois, mon appareil photo 2 fois, mon iPod 3 fois… décidément !! Sauf que là même en allant chercher dans mon ancienne chambre, dans les objets trouvés, et en demandant aux gens de l’auberge, je ne les ai pas retrouvés. Ma théorie, c’est qu’ils ont été « récupérés » par quelqu’un d’autre. Après tout il y avait pas mal de français(es) dans l’auberge… dont dans notre première chambre après qu’on ait changé… mais bon j’dis ça j’dis rien, de toute façon le résultat est le même, je n’ai maintenant plus d’adaptateur et de prise multiple. Heureusement que mon host avait un adaptateur, sinon je pouvais dire adieu à mon ordi portable le temps d’en racheter un !

Bref, après avoir trié nos biens alimentaires et fini nos valises, nous voilà en route pour Vegas. Sur le chemin, alors que nous sommes en train de sortir de Los Angeles, on se dit qu’on devrait s’arrêter pour manger dans un Inn-n-out Burger, conseillé par mes hosts. Yohan cherche alors le plus proche dans notre direction, et nous suivons les indications de son iPhone. On se retrouve dans une espèce de zone industrielle bizarre mais bon… on suit. Tout d’un coup, Noelie remarque une enveloppe sur le pare-brise. Elle espère que ce n’est pas une amende, Yohan et moi sommes sur que c’est une pub. Mais tracassée par l’idée d’avoir une amande, elle finie par sortir de la voiture à un stop pour être fixée. Elle ouvre l’enveloppe, et… surpriiiise, c’est effectivement une amende. Ils les mettent dans des enveloppes faites pour envoyer la somme dis donc, c’est moderne ! Bref, on était tous très contents évidemment… mais surtout, très interrogateurs. Pourquoi une amende alors qu’on était garés du bon côté de la rue ? Après une analyse détaillée du papier, on comprend : oui on était garés du bon côté, mais… pas dans le bon sens ! Double surprise, étant donné qu’aucun de nous trois ne savaient que c’était interdit à Los Angeles. En fait, après vérification, c’est même interdit dans tout le pays…! Y ont des drôles de règles ces américains, en France c’est seulement dans les rues à sens unique que c’est le cas ! Bref, une fois à Inn-n-Out, le repas a été un peu gâché par ces 55$ d’amende pour stationnement à l’envers, mais c’était quand même très très bon.

Après le déjeuner, on pars réellement en route pour Vegas. On a un peu galéré pour trouver la bonne autoroute, mais on a fini par réussir. En bonne co-pilote j’avais les indications écrites par Noelie la veille, et je faisais gaffe à ce qu’on ne loupe aucune sortie. Sur la gauche de la route, on a pu admirer plein de bouts de pneus et de voitures… ou comment comprendre la différence entre une autoroute payante et une autoroute gratuite. Autour de nous, des montagnes, des montagnes, des plaines, des montagnes… oh! des hôtels et un centre commercial!… puis des montagnes, des plaines, des montages… oh! une station essence!… des montagnes… des montagnes… oh! un village au loin! C’était assez impressionnant. On s’est surtout demandés comment des gens pouvaient vivre et travailler au milieu de nul part comme ça. Au bout de plusieurs heures de routes on a fini par faire une pause rafraichissement, dans un Burger King lui aussi au milieu de nul part. En ouvrant la porte, on s’est vite rendu compte qu’en effet, nous étions dans le désert…! Depuis que je vis à Nashville je sais ce que c’est la chaleur, mais la chaleur humide. La chaleur sèche, j’avais jamais testé encore ! Waouh !

Un peu plus tard (je ne sais plus trop combien de temps on a mis), nous commençons enfin à apercevoir des gros hôtels, des gros panneaux… ça y est, nous sommes à Las Vegas !! On arrive sur le strip, on croise la Tour Eiffel, tous ces grands hôtels célèbres, et… on rate notre hôtel. Pour faire demi-tour, Noelie ne trouve pas mieux que de passer par… le Bellagio ! On se retrouve alors dans la queue pour le valet parking… « Euhh sorry, we’re not in that hotel, I just want to go out! » Dommage mais bon, c’est pas trop dans nos moyens là quand même. On fini par trouver le parking de notre hôtel, et partons avec nos valises à la recherche de la réception. Là encore, c’est pas simple ! On traverse le casino une fois, deux fois, trois fois… ah, c’est là ! Tout de suite dans l’ambiance en tout cas, avec le show d’un sosie de star et toutes les machines à sous et tables de black-jack et poker. On découvre notre belle chambre, nous préparons pour sortir, et hop en avant pour découvrir Vegas… by night! Impressionnant, et surtout irréel. Nous avons commencé notre tour des casinos par le Caesars Palace, car il était juste en face de notre hôtel. Première constatation : on voit la différence entre notre hôtel… et les gros hôtels bien chers et bien classes ! Deuxième étape : le Bellagio. Passage par la galerie de boutiques de luxe, pour ensuite arriver dans le casino. Encore plus grand et impressionnant que le Ceasars Palace ! Histoire d’en profiter, on commence à tourner autour des machines pour essayer. On s’installe, on sors nos pièces, on cherche le trou… ha bah, y’en a pas ! Dommage pour nous qui avions gardé précieusement tous nos cents, on peut jouer qu’avec des billets. Oww nuts! On a donc essayé avec nos quelques billets, sauf que moi je perdais beaucoup plus d’argent d’un coup et je comprenais pas pourquoi j’arrivais pas à miser seulement 1c à la fois. J’ai fini par changer de machine après avoir dépensé 2 dollars en 4 parties… et ça allait beaucoup mieux quand j’ai pu jouer 100 fois voir plus puisque quand je descendais trop près de 0 hop je gagnais un peu et ça remontais. Mais j’avais quand même beaucoup moins de chance que mes compatriotes, surtout Noelie qui a pu jouer beauuucoup plus longtemps que moi en partant du même montant !

Après avoir commencé à perdre un peu de notre argent au Bellagio, nous en sommes sortis pour voir le show en musique des fontaines qui sont devant. Bien placés pour prendre photos et vidéos, nous avons assisté à un magnifique show sur « Your Song » de Elton John, puis 15 minutes après un autre sur Rondine Al Nido par Pavarotti. Les deux étaient vraiment magnifiques, et magique surtout.

Nous avons ensuite continué notre route, croisé deux mecs du film « The Hangover », le méchant pas beau sur son tricyle du film « Saw », Edward avec ses mains d’argent… (y’a des gens bizarres à Vegas !), puis un vent de chauvinisme doublé d’un petit manque de notre pays natal nous a poussé vers le casino Paris. Tour Eiffel, Opéra, Arc de Triomphe… tout en plus petit, mais qu’est-ce que ça fait du bien de les revoir ! A l’intérieur, mes yeux s’écarquillent : un ciel bleu nuageux sur le plafond, des décors parisiens… ça m’a encore plus impressionnée que les deux casinos précédents !! Au détour d’un quartier, nous avons observé une femme jouant à la Roue de la fortune version machine à sous, et surtout y gagner… beaucoup ! Du coup on a testé, mais on a pas vraiment eu autant de chance. On a croisé des français aussi, qui ont tenté leur chance également et sont partis avec une petite somme sympathique. Cela résume un peu notre expérience dans tous les casinos où on a joué en fait : nous on perdait, à côté ils gagnaient gros. C’est vraiment trop inzuste !

Une fois qu’on avait plus de liquide (ou presque), nous sommes retournés vers notre hôtel pour aller au club juste devant qui était en accès libre pour les gens de l’hôtel. Et en plus c’était « lady’s night », donc boissons gratuites pour les filles ! Cette fois-ci je n’ai pas fait la fine bouche en demandant un jus d’orange, j’ai pris ce qu’on me donnait, à savoir une boisson rouge non identifiée au départ, qui s’est avéré être de la vodka cherry. Et je n’ai pas regretté, parce que c’était bon ! Dans le club, ambiance déchainée, filles qui se trémoussent, serveuses qui se balancent sur des pneus et qui donnent un shot l’alcool aux gens directement de la bouteille debout sur le bar… comme dans les films quoi. Bon j’avoue que n’étant jamais beaucoup sortie en club avant (une fois si on ne compte pas la fois où on s’est fait refusées parce qu’on faisait trop jeunes…), je sais pas si c’est typiquement américain ou pas. Mais c’était marrant à voir !

Après toute cette marche et toutes ces danses, mes pieds étaient littéralement morts à cause de mes chaussures à talons. J’étais obligée de danser pied nus si je voulais pas souffrir. Mais j’ai quand même suivi Noelie sur la petite scène. Au bout d’un moment, et après qu’un mec du club m’ait demandé de remettre mes chaussures (oups!), je n’en pouvais vraiment plus alors je suis sortie et me suis assise sur un muret en face du club. J’ai pu alors reposer mes pieds, et observer les gens passer sur le trottoir. En remettant mes chaussures, je me dis que j’ai bien envie de retourner danser, mais mes pieds ne vont pas mieux donc c’est même pas la peine. Je fais un tour à la boutique de souvenir d’à côté, et là je me rend soudain compte d’une chose : l’alcool a fait son petit effet. Bon que je tienne pas debout ça doit être les chaussures (j’ai découvert plus tard que non, c’était pas que les chaussures), mais que je rigole en répondant à la vendeuse qui me préviens qu’ils vont fermer, et que je me mette à fixer les tongs en pensant « je devrais m’en acheter une paire pour retourner danser », je pense pas que ce soit tout à fait normal 😛 Après ça je retourne dans le club grâce à mon joli tampon Jack Daniels pour prévenir Yohan et Noelie que je rentre à l’hôtel, et surtout pour demander le numéro de la chambre que j’avais un peu oublié de mémoriser. J’aurais eu l’air maligne dans le couloir à tester toutes les portes avec ma carte xD Yohan me le donne, je ressors, commence à traverser le casino de l’hôtel, et tombe sur des ascenseurs. Ce ne sont pas ceux qu’on a utilisé mais tant pis, j’ai trop mal au pied, j’ai pas envie d’aller plus loin. Dans l’ascenseur, je souris bêtement aux gens qui sont avec moi, et me tiens discrètement aux murs pour ne pas perdre l’équilibre et soulager un peu mes pieds. A mon étage, je commence à partir à la recherche de ma chambre. Manque de bol, c’était pas pour rien qu’on avait pas pris le même ascenseur, je me suis retrouvée sur côté des 1800 alors que notre chambre était dans les 18000… J’ai donc du traverser tous les couloirs, mais avec mes chaussures à la main cette fois parce que c’était vraiment plus possible. Au début, je me suis dit que j’allais mettre mes Converses et repartir au club. Mais une fois affalée sur le lit consciente que j’étais un peu saoule, avec les oreilles qui sonnent et dans l’impossibilité de me relever, je me suis dit que finalement, j’étais pas si mal ici xD Une fois mon état publié publiquement sur facebook (ben quoi c’est la première fois que je suis saoule et c’est à Vegas alors ça méritait une annonce publique, surtout de la part d’une non-buveuse d’alcool comme moi !), Noelie rentre dans la chambre à son tour… un peu plus éméchée que moi. Faut dire qu’elle a bu un peu (beaucoup) plus aussi. Après une bonne rigolade pour moi en l’entendant faire tout tomber dans la douche, on se met au lit pour cuver et faire dodo. What a night!



Après une bonne nuit de sommeil place au meilleur ennemi des gens bourrés : la gueule de bois. Beaucoup plus prononcée chez Noelie évidemment, puisque c’était logiquement proportionnel à l’alcool absorbé la veille. Nous sommes quand même partis pour la Stratosphère, afin de voir Vegas de haut et tester quelques rides. Enfin pour eux, parce que moi il était pas question qu’on me fasse tourner au-dessus du vide ! Les roller-coaster j’aime, mais ça, j’aime pas. Dans l’ascenseur pour monter tout en haut, je regarde les boutons d’étages à côté du mec qui est là pour nous amener à l’étage qu’on veut : 1… 2… 3… 4… 108… tiens, il en manque là non ?

Tout en haut, nous admirons la vue (même si ça doit être encore plus joli la nuit avec toutes les lumières), voyons des mecs faire une des attractions qui consiste en gros à sauter dans le vide accroché à une corde (sorte de tyrolienne à la verticale), et montons d’un étage de plus pour que Noelie et Yohan fassent leurs rides. Le premier, qu’ils ont fait tous les deux : Insanity. Une sorte de grande main mécanique avec des sièges sur chaque « doigts », qui se place au dessus du vide et tourne. Tout c’que j’aime. Yohan a ensuite fait son deuxième ride seul : X-scream. Sorte de wagon de roller coaster qui avance et recule dans le vide en étant balancé de haut en bas (voir photo sur la droite). De loin ça a pas l’air si terrible, mais d’après Yohan ça fiche de sacré sensations fortes !

Deuxième étape du jour : le MGM Grand. Légèrement incité par ma personne, non seulement pour le voir mais surtout pour faire l’attraction CSI (Les Experts). On a pas regretté, parce que c’était bien impressionnant encore une fois ! Grande galerie marchande, grand casino… avec même un habitat de lions avec des vrais lions dedans ! Après une petite hésitation, je finis par abandonner Yohan à sa table de black-jack et Noelie sa supporter pour aller tenter de résoudre un meurtre en me glissant dans le gilet par balle d’un expert de Las Vegas. Et ben franchement je n’ai pas regretté !! C’était vraiment sympa, et je me suis vraiment prise au jeu. J’ai mis pas mal de temps à choisir parmi les 3 affaires, et ai finalement opté pour celle de la voiture qui a traversé le mur du salon d’une maison avec un mec mort dedans qui se trouve être le propriétaire de la maison. Après une petite vidéo d’introduction, on part chacun du côté de notre scène de crime avec notre clipboard et notre feuille de rapport. Séparée de la scène de crime par une rampe, j’observe attentivement le salon, la voiture… et fait des jolis petits dessins sur ma feuille pour relever tous les indices potentiels. Je pars ensuite vérifié si j’ai tout, et vais les « analyser » dans les différentes stations du laboratoire. Empreintes de chaussures et de doigts, analyse d’alcoolémie et de fibres… tout est plus ou moins guidé mais c’est quand même à nous de jouer. En gros pour les empreintes par exemple on a notre empreinte trouvée sur les lieux, celles des gens qui sont connus pour avoir eu accès à la maison, et on doit les comparer pour trouver à qui elles appartiennent. En grande observatrice que je suis, j’ai trouvé qu’elles ne correspondaient à personne, donc j’ai dit « personne inconnu » et bingo, c’était ça ! Il a fait une recherche sur la base de données, et ça m’a donné un truc que j’ai noté sur ma petite feuille. Bref, j’ai fait tous mes petits tests, suis passée à l’autopsie où le médecin légiste de la série m’a expliqué sur l’écran ses constatations et montré le contenu de l’estomac de la victime (« His last meal was a pizza, and hmm, I see some tomatoes and pepperoni! » Super, bon appétit !), puis j’ai été faire mon rapport à Grissom dans la dernière salle, sur un ordinateur. Là en fait ils posent des questions genre « avec le résultat que vous avez obtenu pour telle analyse qu’en concluez-vous » etc. Encore une fois assez guidé mais bon c’est marrant quand même. Résultat : Grissom was really proud of me, I found the killer!! (Grissom était fier de moi, j’ai trouvé le meurtrier!) Franchement je me suis vraiment bien amusée dans ce truc, c’était top.

Après cette petite enquête, j’ai rejoins Yohan et Noelie dans le casino. Yohan a fini sa partie de black-jack, on a fait un petit tour, et on est reparti en direction de notre hôtel.

A l’hôtel, la nouvelle mission du jour était encore une fois de refaire ma valise. C’était encore un joli bordel ! Mais cette fois, j’ai rien perdu 😀 On s’est ensuite habillés en tenue de soirée pour honorer l’anniversaire de Noelie, et sommes ressortis pour retourner au Paris. Sur le chemin, Yohan et moi nous sommes amusés à observer tous les mecs qui se retournaient sur la robe de Noelie. On pouvait même pas les compter tellement y’en avait ! C’était bien drôle de voir leur réaction xD

Après avoir perdu tout mon argent au Paris, on est retournés à l’Impérial (notre hôtel), et Noelie et moi sommes allées manger dans un resto pour ne pas refaire la bêtise de la veille pendant que Yohan jouait au black-jack. Nous avons ensuite testé toutes les machines à sous, enfin elle plutôt parce que moi j’en avais déjà plus des sous, donc je regardais. Avant de m’endormir d’ennui (oui parce que bon au bout d’un moment regarder quelqu’un appuyer sur un bouton c’est un peu ennuyant), je suis allée faire un tour pour voir si les boutiques de souvenirs dans l’hôtel étaient encore ouvertes histoire de comparer les prix des tee-shirts CSI pour en acheter un pour mon papa. En chemin, ma robe a également fait son effet (ça marchait mieux quand Noelie était pas à côté :P)… Flatée mais pas dupe (on est à Vegas quand même hein), je retourne voir Noelie après un flop au niveau des boutiques car rien n’était ouvert. Ne la trouvant pas je vais voir Yohan jouer, puis décide d’aller dormir car le lendemain il fallait qu’on se lève pas trop tard pour libérer la chambre à 11h. Devant le (bon) ascenseur, je croise alors… Noelie ! Pas de folies pour nous cette fois, par contre Yohan lui est allé au club de la veille après avoir joué, et tout ce qu’on sait c’est qu’à un moment quand on s’est réveillés pendant la nuit, il était là 😀



Fin de matinée, après avoir libéré notre chambre d’hôtel pile à l’heure, on a fait un petit tour à pied pour trouver de quoi manger, et ensuite on est allé voir la dernière chose que nous voulions voir à Vegas : le célèbre panneau « Welcome to fabulous Las Vegas ». On a pris quelques photos, puis on a pris la route pour retourner à Las Vegas. Comme à l’aller, mêmes montagnes, mêmes plaines, même désert. On avait l’impression que ça faisait une éternité qu’on était partis de L.A., et en même temps je ne sais pas pour les autres mais l’auberge était tellement sympa que j’avais un peu l’impression de rentrer « à la maison ». On avait pris nos p’tites habitudes, on se faisait notre p’tite cuisine, on connaissait le quartier par coeur… c’était vraiment bien sympa, un peu comme une collocation. Ça donne envie de faire une vraie collocation à Los Angeles en tout cas !

De retour au bercail, on retrouve les mêmes qui étaient là avant qu’on parte. On retrouve nos paquets de pâtes et nos 50 trucs de nourritures qu’on risque pas d’avaler en une soirée aussi. Après le diner, on se pose devant la télé et on tombe sur « The Hangover » (Very bad trip), suivi de « What happens in Vegas » (Jackpot). Très thèmé Las Vegas tout ça dis donc ! C’était drôle de voir dans des films ce qu’on venait de voir en vrai.

Fin de soirée, Manny, le New Jersien qui nous avait emmené dans un bar à Hollywood, sort à nouveau et nous invite à venir dans un club sur Hollywood. Tentant, mais moi j’avais une navette qui venait me chercher à 5h30 le lendemain matin, j’étais crevée, mes seules chaussures « habillées » étaient une torture surtout pour danser, donc c’était no way même si sans tout ça j’y serais allée avec plaisir. Noelie a fini par se faire convaincre, à tenté avec Manny de me convaincre moi, et finalement Yohan et elle sont partis avec eux… mais pas moi. Pas que j’ai vraiment beaucoup dormi, mais sachant que Noelie est rentrée quand moi je me suis levée pour me préparer à partir, j’aurais pas pu dormir du tout si j’y étais allée, donc j’ai pas regretté.

Le lendemain, dimanche 29 août, j’ai donc attendu ma petite navette SuperShuttle devant l’auberge avec ma petite valise, suis arrivée 2h en avance à l’aéroport LAX, ai fait le tour des boutiques pour m’occuper, ai attendu mon avion qui a été retardé, ai tenté de rattraper mon sommeil dans l’avion… et suis arrivée saine et sauve mais fatiguée à Nashville. Fatiguée, mais heureuse d’avoir passé de si bonnes vacances. Comparé à mon tour bus de juillet, c’était vraiment 100 000 fois mieux. De vraies vacances avec des gens très sympas avec qui on s’amuse et on rigole, où on fait les choses sans stress à l’heure qu’on veut, où on fait des grasse mat’, où on voit ce qu’on veut voir au rythme qu’on veut… bref, des super vacances quoi !!! Merci beaucoup Noelie et Yohan, j’ai passé une semaine extra avec vous ! Si seulement on pouvait remettre ça… malheureusement c’était ma dernière semaine de vacances, donc ça restera un « one time event », mais un « one time event » que je ne suis pas prête d’oublier !!! Et pour ma dernière fois à L.A de l’année, j’ai enfin eu une vraie expérience comme je le voulais, donc aucun regrets de ce côté là je peux repartir tranquille !

Publié par : Camille | 11 septembre 2010

Celle qui retournait à L.A. pour la 3ème fois

Du 21 au 29 août, j’ai pris ma deuxième et dernière semaine de vacances de l’année pour partir avec Noelie et Yohan, deux au pairs français à Ann Arbor dans le Michigan. Après avoir décidé d’aller sur la côte ouest… non côte est, non en fait côte ouest, non côte est,… nous avons finalement opté pour Los Angeles et Las Vegas. Réservations, organisation, préparation, jusqu’à ce que le 21 août à 16h30 un chauffeur vienne me chercher pour m’emmener à l’aéroport. Le matin même j’avais travaillé, donc je réalisais pas du tout que dans quelques heures j’allais être à L.A… again! Et oui car ce sera en tout ma 3ème fois dans la city of entertainment. Mais comme la première c’était que pour un jour, la deuxième c’était frustrant (trop limité, trop de chinois, trop touristique), cette fois là ça allait être la bonne et j’allais enfin pouvoir PROFITER de cette ville !!!

16h30 donc, je monte dans la voiture en direction de l’aéroport de Nashville. Coincés dans les bouchons, petit stress de pas arriver à temps même si j’ai pas de bagage à enregistrer, et pendant ce temps le chauffeur me tape la discute. Il me pose des questions, me fait tout plein de compliments… je trouve ça plutôt sympathique, jusqu’à ce que je comprenne pourquoi lorsqu’il m’a demandé mon numéro une fois arrivé à destination. « If you want a ride, or in case you want to go out sometimes in Nashville« … Euuuh ok. J’ai pris sa carte, lui ait dit que mon numéro il l’avait déjà, ait pris mes valises, et bye bye. Gentil mais bon, pas forcement au point que j’ai envie de le revoir en fait 😛

Cette fois-ci j’avais sagement mis mon téléphone portable dans mon sac pour passer la sécurité, donc pas de problème de ce côté-là. Il a quand même fallu que le mec regarde mon passeport de près… voire même de trèèèèès près pendant 3 bonnes minutes avant de me laisser passer. La raison ? « On voit rien avec ces hologrammes !! » Ben écoute la prochaine fois je passe avec une photocopie, tu verras mieux 😀

Une fois dans l’avion, orage et pluie torrentielle dehors, les rampes sont fermées, l’avion immobilisé, l’embarquement suspendu… chouette ! Noelie et Yohan sont prévenus, mais le shuttle que j’ai réservé non, alors forcement je commence à stresser de peur que je doive attendre encore plus longtemps à LAX. Finalement y’a des navettes super régulièrement donc j’ai pas eu de soucis. Quand la mienne est arrivée, j’étais la seule de ce terminal à monter donc le chauffeur m’a appelé, et en voyant la jolie fille qui attendait à côté de moi il a commencé à vouloir dire « Je peux pas la prendre elle plutôt » mais s’est rattrapé avec un « Je peux pas la prendre elle aussi ? » Ça contraste avec le chauffeur de Nashville. Après un trajet sympa où il nous a joué les guides touristiques (« A votre droite un magasin 99c. Tout est à 99c, pas plus pas moins. La dernière fois que j’y suis allé j’ai tellement pris tout ce que je voyais que j’en ai eu pour 60$.« ), j’arrive à l’auberge Duo Housing, 886 Crenshaw Blvd. J’y trouve une Noelie et un Yohan affamés, qui m’attendaient avec impatience pour commander une pizza. L’auberge est à première vue super sympa, il y a une salle avec une télé, une cuisine, et avec Noelie nous avons une salle de bain dans notre chambre (ce qui n’est pas le cas de tout le monde). On commande une pizza avec un (bel) allemand, on regarde la télé jusqu’à épuisement, on se dit que le lendemain sera notre seule grasse mat’ de la semaine (en pratique, ça a pas vraiment été le cas :P), et on tente de s’endormir au bruit de la télé et des gens qui discutent dans la salle commune juste à côté.


Noelie: « Bonjour ! »
Moi: « Bonjour ! »
Noelie: « Bien dormi ? »
Moi: « Non… »
Noelie: « Moi non plus »

Entre les bruits, le lit pas confortable pour Noelie et petit pour moi (je suis plus habituée), les gens qui viennent prendre leur douche à 8h du matin (bah oui quoi c’est tôt quand on a décidé de faire une grasse mat’), les gens qui parlent dans la salle à côté… difficile d’avoir un bon sommeil réparateur. Mais on a quand même réussi à se lever pas trop tard (10h pour moi, mais seulement parce que sur mon iPod il était 12h car celui-ci était toujours à l’heure de Nashville donc psychologiquement ça m’allait comme heure pour me lever) et à on s’est motivés pour aller à pied faire nos courses de la semaine. Au supermarché, je me suis rendue compte à quelle point j’avais adopté des habitudes alimentaires américaines, et plus précisément les habitudes alimentaires de mes hosts. Sausages, lait de la même marque, pas confiance dans les oeufs pas ‘organic’, jambon de dinde de la même marque, american cheese, raisin sans pépins… Ça va me faire bizarre quand je vais retourner à Champion ! Et en bon au pairs pauvres que nous sommes on regardait tout au centime près, c’était comique. Au retour, on se retrouve chacun avec nos sacs remplis de courses, ou comment faire un trajet en deux fois plus de temps qu’à l’aller. Moi encore ça allait, mais Noelie et Yohan n’avaient pas choisis les articles les plus légers (bouteilles d’alcool, melons, énorme paquet de riz…) donc on a fait 50 pauses et on a failli perdre des doigts et des épaules au passage.

Après avoir tagué tous nos achats et déjeuné, on part prendre le bus direction Hollywood Blvd. Le bus nous dépose à un endroit bizarre, on commence à partir dans une direction mais ça ressemble pas trop au Walk of Fame, on sort mon super livre-carte qui nous a été super ultra utile pendant tout notre séjour (je connais le quartier par cœur maintenant), et on trouve enfin le coin intéressant où y’a des stars qu’on connait dans les étoiles. C’est là aussi que la foule était principalement rassemblée, si bien qu’on se perdait régulièrement de vue. Dans la foule, énormément de français, c’est à se demander dans quel pays on est. Je pensais pas qu’il y avait tant de français qui avaient les moyens de partir en vacances à L.A !

Pour cette 3ème fois pour moi sur le Walk of Fame, pas grand chose de nouveau si ce n’est le temps de prendre plus de photos, et d’admirer les choses sans se sentir pressée par le temps. J’essaye tant bien que mal de jouer au guide pour mes deux compagnons néophytes, mais c’est pas très concluant. Oh mais j’ai une excuse, après tout quand j’y suis allée avec un vrai guide, il a tout expliqué en chinois parce que j’étais la seule à ne pas le comprendre…! Donc à part les bases « Ça c’est le Kodak Theatre, lieu des Oscars et autres grandes cérémonies, ça c’est le Chinese Theatre, ça c’est une boutique de souvenirs… », je peux pas vraiment en dire plus.

Pour le retour, étant donné que personnellement je n’ai aucun idée d’où était l’arrêt de bus et que ça me parait super loin, je propose qu’on fasse nos touristes et qu’on teste le métro. Enfin le subway, parce qu’ici ils appellent les bus Metro aussi… On a donc acheté nos petits tickets et pris le subway de L.A. Moi, encore une fois, je l’avais déjà pris, donc pas beaucoup plus de commentaires que la première fois, sauf que notre métro il avait trèèès peu de wagons, mais qu’on était pas serrés pour autant parce qu’ici y’a très peu de gens qui le prennent vu que tout le monde a une voiture. Ça change du métro parisien !!

Le soir, le propriétaire de l’auberge avait organisé un barbecue gratuit. N’ayant pas de place autour de la table on a joué nos asociales forcées avec Noelie et on a mangé à part. Mais dès que des places se sont libérées, on s’est empressées de les prendre pour participer aux conversations et faire connaissance avec les gens. Tous ensemble on a parlé de tout et de rien, et on s’est bien marrés. Le plus drôle, ça a été quand les deux filles suisses sont partis, car il y avait une majorité de mecs et ils ont commencé, malgré notre présence, à avoir des conversations… de mecs ! Combien de temps il faut attendre avant de dire à une fille qu’elle leur plait, comment le dire… c’était pas mal de voir un peu leurs problèmes de mecs 😛

En allant me coucher, j’ouvre la porte de la chambre où la lumière était encore allumée, et je tombe sur le mec qui dormait dans notre chambre allongé sur son lit… en slip ! Vive les chambres mixtes xD



N’ayant pas envie d’être trop limités dans nos escapades touristiques, nous avions décider de louer une voiture non plus pour aller à Las Vegas, mais carrément pour toute la semaine. Noelie avait réservé sur internet, et la compagnie devait venir nous chercher à 9h à l’auberge. Obligés de se lever tôt donc, mais c’était pour la bonne cause. A 9h30, toujours personne, Noelie appelle pour savoir si quelqu’un vient ou pas et on lui dit que quelqu’un arrive. 10h, quelqu’un arrive en effet, mais pour les deux filles suisses qui avaient aussi réservé et qui étaient prévues à 10h. Pas de place dans la voiture pour nous, obligés d’attendre notre tour. On était un peu censés être avant mais bon. Il a fini par revenir, nous a amené dans la boutique de Hertz, et s’est occupé de notre réservation. Vérification des papiers, ok. Paiement… pas ok. La carte de Noelie étant une debit card, il leur faut vérifier tout un tas de choses pour l’utiliser en tant que credit card. Numéro de sécurité sociale américain, passeport, adresse postale… Le hic, c’est qu’une fois tout cela fait, il était impossible pour leur logiciel de relier l’adresse à la carte bancaire, donc impossible de prélever et bloquer ce qu’ils avaient besoin. Le problème c’est qu’ils doivent geler 400$ sur le compte, et que ni Yohan ni moi n’avons assez pour donner notre carte. Et puis ils ne prennent pas de cash bien sûr. 500 essais, 4 réservations au nom de Noelie et 1h plus tard, alors que nous sommes prêts à abandonner (ou à, au pire, transférer de l’argent de Noelie sur mon compte), illumination de la part de Noelie : « Oh mais attendez, si ça s’trouve, elle est sur mon adresse française !! » Dernier espoir, dernier essai, et…. ça maaaaaaarche !!! Pfiou !! Une fois le paiement (enfin) effectué, le mec nous dit d’attendre dehors, et revient ensuite en nous expliquant des trucs et en nous disant que comme les filles d’avant ont pris la dernière de la gamme la plus basse, on a le droit à une « free upgrade » (voiture d’une gamme au-dessus pour le même prix) !! Bon ben finalement un mal pour un bien, on l’aura attendu longtemps, mais ça valait le coup !! Mazda 6 à boite séquentielle, j’vous raconte pas comment on se la pétait x)

De retour à l’auberge avec notre belle tuture, il est déjà l’heure de déjeuner donc on mange nos aliments de pauvres (pâtes/riz), et on part dans notre voiture de presque riches direction une autre agence de location pour y déposer un français de l’auberge, puis la banque pour faire notre p’tit bazar de dépôt de chèques et remboursement, puis…. Venice Beach !!!

Bon bah c’est une plage quoi, du sable, de l’eau.. mais à la Californienne donc c’est plutôt sympa. J’ai pris des tas de photos, j’ai mis mes pieds dans l’eau gelée (quand on est habituée à une piscine à température ambiante, ça fait un choc), j’ai joué avec le sable… Puis au bout d’un moment avec Noelie on en a eu marre que les mecs ne bougent pas, alors on est partie toutes les deux faire un tour du côté des boutiques. Tee-shirts en tout genre, souvenirs, marijuana médicinale… un mélange des trucs basiques qu’on trouve au bord des plages, et de trucs qu’on ne trouve qu’ici. On a croisé des petits chiots tout mimis, un gros camion de pompier, un mec qui dansait (enfin comme on est arrivés à la fin on l’a vu faire danser d’autres gens puis faire un démonstration de sa super invention: le moon run), une femme avec un serpent, un mec en tenue d’indigène, des beaux mecs en train de faire de la muscu, un mec qui m’a parlé de Nashville en voyant mon tee-shirt, un mec bizarre qui vendait des flacons étranges et qui s’est décalé vite fait quand j’ai voulu le prendre en photo… c’est spécial L.A quand même hein !

Après un bref retour sur la plage, on décide de bouger pour aller à l’autre célèbre plage de L.A : Santa Monica !! Ma chèèère Santa Monica. On a pas mis un pied sur la plage cette fois, mais on s’est baladés sur le pier (le grand ponton qu’on voit dans les films et séries), et on a fait ce que je voulais faire la première fois mais que j’avais pas eu le temps de faire : la grande roue ! Une fois dedans on a mitraillé de tous les côtés parce que de haut, c’est encore plus beau, et on a au moins 10 fois les mêmes photos chacun parce que la roue elle s’arrêtait plus !! Au bout du 3ème tour chaque fois qu’on était en bas on se disait « bon, c’est fini, on va descendre la… » Eeeet bah non, on continuait !! On en a eu pour notre argent au moins, et moi j’en ai bien profité!

En continuant notre promenade, on rentre dans une arcade et on tombe sur MON jeu favori dans les fêtes foraines and co : celui avec un truc qui pousse les pièces. C’était un peu différent de ce dont j’ai l’habitude, mais j’ai pas pu résisté à la tentation, et Yohan et Noelie non plus. On a donc tous mis quelques quarters, et moi à mon 3ème lancé sans conviction… bingo !! Plein de pièces qui tombent, et plein de tickets qui sortent parce qu’ils redonnent pas les pièces pour qu’on rejoue plus, ils donnent des tickets à échanger contre des « prix ». Je met entre guillemets parce que faut voir la tête des prix… des babioles en plastoque qui s’avéraient être de plus en plus nulles plus on avait de points. Pendant que je regarde la vitrine, un mec s’approche et me donne ses tickets en disant « tenez j’en veux pas moi ». Ah bah…merci ! Au total j’ai eu des tickets de deux personnes inconnues, plus ceux de Noelie et Yohan. J’avais envie de dire que j’avais bien de la chance et que j’allais tout déchirer à Vegas, mais au final y’a que pour gagner des babioles de m*rde que j’ai eu de la chance durant ce séjour. Donc au final j’ai pris juste 3 petites gommes à 10 points (le plus bas), et j’ai donné le reste à un mignon petit gamin qui avait gagné un gros paquet de tickets de 1 point et qui était tout content.

Après ma victoire sur le truc de pousse-pièces, on est restés sur le ponton pour regarder le coucher de soleil sur la plage. Juste magnifique…! J’ai encore mitraillé de photos bien entendu, testant tous les modes de mon nouvel appareil pour avoir le meilleur rendu possible. Mais j’ai également regardé avec mes yeux et pas qu’à travers l’objectif, pour savourer ce moment dont je rêvais depuis longtemps.

En repartant à l’auberge, on a aperçu la roue et le pier illuminés, et on est passés par Beverly Hills qui fait encore plus classe la nuit. Une fois rentré, j’étais totalement KO à cause d’une insolation chopée alors que j’étais la seule à avoir une casquette et une bouteille d’eau, donc je me suis couchée direct à la base juste pour reposer ma tête mais au final je me suis carrément endormie, réveillée à minuit pour me mettre en pyjama, et dodo again jusqu’à midi le lendemain.



Réveil tardif, courses pas vraiment utiles, sushis pas très bons, english muffin sandwich… et Susan Mayer en puissance. La veille déjà j’avais fait explosé mon truc de riz dans le micro-ondes, ben là j’ai renversé mon verre d’eau, qui était bien rempli évidemment. Je crois que j’ai pas passé une journée sans faire une connerie dans le genre ! Je suis trop maladroite c’est plus possible ça xD

Après le déjeuner Noelie et moi avons discuté avec des françaises qui venaient tout juste d’arriver, puis nous avons fait un détour par Hollywood Blvd pour déposer un autre français de l’auberge (on est trop gentils hein?), pour ensuite se diriger vers Sunset Blvd. Pas grand chose à voir à part du côté du Sunset Strip, donc on a continué notre route jusqu’à l’autre destination du jour : Beverly Hills, et plus précisément Rodeo Drive ! En y passant en voiture à la recherche d’un parking pas cher (le drame de la semaine, parce que c’est bien beau d’avoir une voiture mais faut bien la garer après), on voit devant la boutique Gucci une voiture de police et un policier. On suspecte qu’une star était en train de faire son shopping, mais qui on ne saura jamais ! Une fois la voiture garée dans un parking à 1$ de l’heure (budget serré quand tu nous tiens), on a fait un petit aller retour à pied sur Rodeo Drive, que j’avais déjà fait la dernière fois mais encore une fois c’était tellement plus agréable de pouvoir prendre son temps et ne pas être toute seule !! On a vu de bien belles voitures, mais toujours pas de stars à l’horizon 😦 Pause photos du côté du signe Beverly Hills, puis retour sur la route pour tenter de retrouver the panneau Beverly Hills.

Dernière destination du jour : le Griffith Observatory, qui a une superbe vue sur la ville ainsi que sur le signe Hollywood, pour observer une fois de plus le coucher de soleil. Ahhh bah enfin je le vois ce signe, ça fait quand même 3 fois que je viens et je l’avais toujours pas vu de près celui-là !! Ben je peux vous dire que je l’ai bien vu hein, et mon appareil photo aussi !! Avant de voir le coucher de soleil, petit tour dans l’observatoire pour voir Venus dans un big télescope, puis préparation des appareils… quatre, trois deux, un… coucher de soleiiil sur la colline !!! Extra encore une fois, surtout de voir la ville s’allumer au fur et à mesure que la nuit tombe. Magnifique !

De retour à l’hôtel, gros stress : où est mon appareil photo compact ?? J’ai retourné toutes mes affaires 10 fois, me suis dit 15 fois « putaiiin mais toutes les photos que j’ai pris aveeeec je veux pas les perdreeee !! » Oui parce qu’à choisir entre perdre les photos et l’appareil moi je préfère avoir les photos, l’appareil m’en fou à la limite xD Et puis au cas où j’ai fini par aller voir dans la voiture si il était pas tombé dedans, et là… ouuuuuf il est là !! C’était même plus Susan Mayer à ce stade, c’était Pierre Richard. J’ai pas arrêté de perdre des trucs, horrible.

Après le diner avec Noelie on a essayé d’organiser notre programme du lendemain parce que bon avouons-le on avait un peu épuisé les gros trucs à voir déjà. Studios, parcs d’attractions, tournages d’émissions… on a un peu tout regardé, et on s’est surtout bien marrées. Au final on a décidé Newport Beach, mais en fait en en parlant après avec un belge de l’auberge on a changé pour Malibu et Santa Barbara. En gros, au lieu d’aller sur les lieux de The OC, on est allés sur les lieux du vieux soap opera kitch à souhait. Mais comme je suis fan d’aucun des deux, m’en fiche, l’important c’est de voir le plus intéressant niveau paysage.

Quand on a eu fini de faire nos asociales, on est allées dehors participer aux discussions et on a fait connaissance entre autre avec des américains du New Jersey, c’était bien sympa. Et comme je n’avais pas socialisé du tout la veille, je me suis rattrapée largement en restant à discuter jusqu’à 2h du matin !



Si pour le reste des choses qu’on a vu je n’avais fait que suggérer parce que j’avais déjà vu et que c’était ds choses à voir, il y a une chose que j’ai EXIGÉ aller voir quand j’ai trouvé que c’était pas très loin de l’auberge : le manoir des sœurs Halliwell dans Charmed ! J’avais déjà loupé la maison de La fête à la maison à San Francisco, alors là il était pas question que je passe à côté. Surtout que c’était un des premiers trucs que je voulais voir aux USA. Début d’après-midi, après déjeuner comme d’habitude, on est donc partis avec mes petites instructions copiées de Google Maps à la recherche du beau manoir rouge. On s’est un peu perdus… mais on a fini par trouver notre chemin, ainsi que la maison !!! J’étais pire qu’une gamine franchement, THE manoir des Halliwell quoi, c’était énorme !! Enfin non le manoir en lui-même il parait plus petit qu’à la télé par contre. Mais franchement je pouvais pas être plus heureuse. Après ça, ils pouvaient m’emmener n’importe où, je m’en fichais totalement. J’avais vu le dernier truc principal que je voulais voir dans cette ville. J’aurais bien vu la maison de Buffy aussi, mais même si j’aime plus cette série que Charmed le manoir est quand même beaucoup plus symbolique. Et puis c’était trop loin de toute façon.

Une fois mon appareil et mes yeux remplis d’images du manoir, chopage de la route pour aller à Santa Barbara en passant par Malibu. Pacific Coast Highway, c’est à dire autoroute au bord de l’océan. Longue route, mais tellement belle !! Par contre, pas assez de stations d’essence à notre goût… on a failli tomber en panne entre des montagnes et la plage quand même ! Au départ on cherchait la moins cher, mais on a fini par prendre la première qui passait parce que ça commençait à être dangereusement très bas.

Au bout d’un moment, et après avoir passé Malibu avec ses plages de surfeurs, on a commencé à se demander si on était toujours sur la bonne route en voyant qu’on était plus du tout au bord de la côte. Noelie est donc sortie de la highway, on s’est retrouvés dans une zone industrielle paumée, elle a regardé sur son iPod le trajet enregistré, et en fait non on était sur la bonne route, c’était juste encore plus loin.

Arrivés à Santa Barbara, on a commencé par observer les skaters et autres BMX riders dans le skate-park juste devant la plage, puis on s’est promenés sur le ponton et on y a vu des panneaux qui interdissent les pieds, des jeux de lancés de pièces pour les sans-abris (c’est une façon originale de demander de l’argent au moins), des pêcheurs, l’océan… c’était beau ! On a également fait un petit passage dans un magasin de bonbons et chocolats parce que j’avais super faim et que c’était ça ou une glace à 8$… On a pas vu grand chose en fait, on est même pas allés dans la ville. Mais le paysage était magnifique en tout cas !

Le soir, après avoir attendu 3h que mes pâtes bouillent, j’ai tenté de manger le plus de trucs possible pour en gâcher le moins possible. Malheureusement mon estomac il était pas trop d’accord, du coup j’ai à peine mangé la moitié de ce que j’avais dans mon assiette. Faut dire que j’avais quand même une sacré plâtrée de pâte, et que les sausages elles étaient pas bonne du tout. Au bout d’un moment à regarder la télé tout en dégustant notre Nutella avec Noelie, un des américains du New Jersey, Manny, vient nous voir et on commence à discuter de Vegas, des roller coaster… jusqu’à ce qu’il nous dise qu’il avait prévu de sortir ce soir avec quelques gens de l’auberge dans un bar sur Hollywood, et qu’on était les bienvenues. Ni une ni deux, on a foncé dans la douche pour se faire toute belles et aller avec eux. C’est pas tous les jours qu’on peut aller dans un bar sur Hollywood Bvld hein ! Après avoir pris quelques photos de groupe et attendu le bus qui n’est jamais venu, Manny a appelé un taxi pour tout le monde et l’a même payé. 2 taxis, 10 personnes… pas grave, on se serre ! Première fois dans un vrai taxi américain, avec la vitre au milieu et tout, trop bien. Sur place, nous découvrons la destination exacte : le Dillon’s, un Irish Pub. Censé être irlandais donc, mais c’était trop comme dans les films américains. L’ambiance était sympa, surtout entre nous. Manny et son pote Chris nous ont payés nos boissons, je me suis tapée la honte avec mon jus d’orange, on a failli faire un billard, et on a été tous jetés dehors à 1h30 car le bar ferme à 2h. Mais qu’est-ce que c’était fun !! Soirée sur Hollywood Blvd tous frais payés, c’est classe quand même !

En rentrant, alors qu’on s’était plaint avec Noelie des bruits de nos compagnons de chambre les nuits précédentes, c’était à notre tour d’embêter nos nouveaux compagnons de notre nouvelle chambre car les portes et le sols faisaient des bruits monstrueux. L’horreur quand on essaye d’être discrètes !


Le reste de l’aventure se passe à Las Vegas, donc ce sera dans un nouvel article pour ne pas trop surcharger celui-ici 😉

Publié par : Camille | 17 août 2010


8 mois

Waouh…! Là ça y est, je peux définitivement dire que ça passe vraiment vite. 8 mois ! Bientôt 9 ! Bientôt 10 ! Bientôt… la fin ! C’est dingue. Mais ce qu’il y a de bien aujourd’hui, c’est que je commence à être prête psychologiquement à rentrer. Enfin je dis bien je commence, parce que y’a encore des progrès à faire ! Mais je me fais à l’idée, plus qu’avant dirons-nous. Je pense à toutes les choses que je vais être heureuse de retrouver, tout ce que je vais pouvoir faire qui me manque ici… Et puis maintenant que je suis allée à Los Angeles, San Franscisco, que je vais aller en fin de semaine à Los Angeles à nouveau (3 fois en 1 an j’adoore) et Las Vegas, et sûrement à New York à la fin de l’année, je me dis que j’aurais fait le principal de ce que je voulais faire niveau voyages. Bien sûr j’aimerais avoir plus de temps et d’argent pour en voir plus, mais je sais que je ne repartirais pas déçue. La seule chose qui me fait toujours peur, c’est les enfants. Brendan en particulier. On a passé beaucoup de temps tous les deux, et contrairement à Hannah qui sait depuis le début que je suis là que pour 1 an et qui se rend compte de ce que ça veut dire, Brendan a plus de mal à comprendre. Je lui dit régulièrement qu’avant Noël, je rentrerais en France, mais ça reste vague pour lui : il n’a pas la notion du temps donc ne sait pas quand est Noël, il n’a pas la notion de distance donc il ne sait pas où est la France. Du coup, ça me rend encore plus triste. Hannah m’aime beaucoup mais comme je sens qu’elle sait que je ne vais pas rester, c’est plus facile. Bref, je sais que la séparation va être très dûre, pour moi en tout cas. Eux, ils s’en remettront sûrement plus facilement, même si ça va leur faire bizarre de plus avoir une au pair à la maison !

Mais comme d’habitude je m’écarte du sujet en parlant de la fin au lieu de ce que j’ai fait pendant le mois, donc trève de blabla, voici mon bilan du 8ème mois !

Social : Je viens tout juste de rencontrer enfin la nouvelle au pair française de mon « cluster », et j’espère bien qu’on se verra en dehors des meetings ! Si tu veux Manon on parlera que anglais pour que tu t’entraîne ! lol. Sinon je vais commencer les cours bientôt, j’espère me faire des amis américains, qui sait…! A 4 mois de la fin, il serait temps non ?

Les enfants : Constat du mois : ils ont grandis ces p’tits monstres !! C’est vrai que je fais pas bien attention vu que je les vois tous les jours, mais quand je repense à ce qu’ils étaient quand je suis arrivée… waouh ! Très flagrant sur Brendan, j’en avais déjà parlé le mois dernier je crois, mais Hannah aussi ! Elle devient plus « responsable », discute moins, fait moins de crises quand je lui dit non (ça arrive quand même toujours, l’autre jour elle a failli pleurer parce que je voulais pas qu’elle ait une 2ème sucette)… bon elle est pas parfaite, mais elle s’améliore. C’est aussi plus facile le matin, bon en même temps là ça fait 3 mois qu’elle se lève plus tard car elle va en « camp » (sorte de centre aéré à thème) donc je vais pouvoir vraiment comparer au bout de quelques semaines après la rentrée. Mais déjà la grande innovation de cette nouvelle année scolaire par rapport à avant les vacances, c’est que je ne la porterai plus jusqu’à la cuisine. Déjà ça me parait fou de l’avoir fait si longtemps, mais je lui avait dit que quand elle aurait 8 ans j’arrêterai, et je vais m’y tenir ça c’est clair et net parce qu’elle grandi en taille et en poids aussi hein !

La nourriture : Je me rend de plus en plus compte que y’a pas mal de choses qui ont beaucoup changé dans mes habitudes alimentaires, et à mon avis je vais en ramener pas mal en France de ces habitudes ! Saucisses et oeuf au p’tit déj, tuna salad sandwich, bagels saumon, cookie sandwich ice cream… Par contre à l’inverse, je n’ai toujours rien fait de plus que mon unique quiche que j’ai été la seule à manger. A part des nouilles et des hot-dogs, j’ai pas appris à cuisiner grand chose ici (surtout que c’est deux trucs que je savais déjà faire) ! C’est ça d’avoir une host qui cuisine bien et d’être une au pair qui n’a pas à préparer les repas du soir ! Et puis vous allez me dire « mais si elle cuisine si bien pourquoi tu lui demande pas de t’apprendre ? » Ben parce que quand elle cuisine, je suis off, et quand elle cuisine les enfants ils sont dans ses pattes, ou pas loin, donc… je préfère être tranquille et le plus loin possible des enfants 😀

Moral : (j’ai vu ça sur un blog et je pique parce que c’est mieux que Homesick/Dontwanttogoback en fait) Ça va. Comme je le disais au départ, je commence doucement à me faire à l’idée de rentrer en France. Je me dis que si j’ai vraiment envie de rester plus longtemps dans ce pays, je trouverai bien le moyen de revenir. Au pire, j’économiserai chaque centime une fois que j’aurai un boulot pour pouvoir y retourner le plus possible (à Nashville et ailleurs). Les Etats-Unis feront toujours partis de moi, et ce pays va me manquer, c’est sur. Mais avant de rentrer je vais (j’espère) aller à New York avec mon papa, et une fois rentrée je vais pouvoir à nouveau faire des soirées avec mes amies, faire des sorties avec ma maman et mes amies également, retourner à la danse, aller faire un coucou à mes anciens collègues, me promener dans Paris et faire tout plein de photos, retrouver mes 4 petits anges même si ils ont déménagés… J’essaye de me faire une liste dans ma tête, ça m’aide. A tel point que quand j’y pense trop, je me dis « bon bah allez que ça finisse vite là, pour que je puisse rentrer faire tout ça ! » :p Ça dure pas longtemps, mais c’est déjà bien que j’en arrive à penser ça !

Anglais : Ceux qui me suivent sur facebook le savent, la semaine dernière j’ai passé un test d’anglais (Michigan test, obligatoire pour prendre des cours à l’université quand on est étranger). J’étais flippée à mort, mais comme à chaque fois que je dois passer un test/contrôle/examen. Des questions, un stylo, une note, ça me fait flipper, c’est comme ça. Mais une fois dans la salle, en écoutant un peu les autres, en voyant la tête des questions, et en voyant à quelle vitesse j’y répondais par rapport aux autres, je me suis dit que finalement c’est bête d’avoir peur. Je suis aux USA depuis 8 mois, je parle anglais tous les jours, et j’avais déjà un bon niveau en arrivant. Résultat ? Niveau 5, le plus élevé avant le College level. Mon point « faible » serait apparemment la compréhension orale, mais bon en français c’est pas toujours le top non plus donc c’est plus une question de concentration à mon avis. Mais mon problème, c’est que je me rend tellement pas compte que je parle anglais tout le temps, que je me demande toujours si j’ai un bon niveau ou pas. Ça veut pas dire que je galère plus, loin de là, mais j’ai quand même fait beaucoup de progrès en 8 mois, mine de rien. A mon arrivée, répondre à une question était pour moi un parcours du combattant, semé d’embuches appelées aussi vocabulaire. Aujourd’hui, je suis plus que capable de tenir n’importe quelle conversation (enfin dans le domaine du raisonnable), et quand je sais pas un mot j’agite les mains (comme si ça allait me le traduire) tout en essayant de trouver un moyen de le faire comprendre autrement. Par contre je suis une piètre traductrice, si on me demande en français « comment on dit ça en anglais », il me faut 3h pour trouver ! Il vaut mieux penser en anglais, que penser en français et traduire ensuite, c’est beaucoup plus simple !

Bilan général : Je pense que ça se voit, ça va toujours ! Etre au pair commence à me fatiguer un peu, mais plus que 4 mois à tenir ça va aller, le plus dur est fait ! Pour le reste, j’aime toujours beaucoup ma vie ici, mais le fait que je commence à me faire à l’idée de rentrer est une bonne chose, parce que que je le veuille ou non, cette vie ici il va falloir que je la quitte de toute façon !

Le mois prochain : Los Angeles me revoilààààààà !! Alala, 3ème fois, et je suis toujours aussi contente à l’idée d’y aller. Mais cette fois ce n’est pas que pour 1 jour avec les enfants, ni quelques jours seule sans liberté dans un groupe de chinois, c’est avec deux français au pair dans le Michigan pour plusieurs jours à LA et 3 à Las Vegas !! Alors je suis certaine que cette fois ci ça va vraiment être bien et que je vais vraiment pouvoir profiter !!!!!!!!

Publié par : Camille | 31 juillet 2010

A faire aux USA [Update]

Le 10 mai 2009, j’avais fait sur ce même blog une liste de choses que je voulais faire aux USA. Aujourd’hui, après plus de 7 mois dans ce pays, il est temps de faire le bilan sur ce qui est fait, et ce qu’il me reste à faire !

  • Aller voir des lieux de tournage de séries (genre la maison des Halliwell, le plateau avec la rue de Desperate Housewives, faire la visite de NY spéciale Sex and the city…)
  • Aller dans un vrai Starbucks américain (et pas qu’une fois !)
  • Faire des cupcakes >> euh… j’ai fait des muffins ça compte ? bon allez, toujours à faire !
  • Fêter Thanksgiving
  • Avoir un sapin géant et archi décoré pour Noël
  • Faire une balade à cheval sur les plages de L.A (ou se balader à pieds si y’a pas de cheval) >> Santa Monica fait à pieds
  • Faire de l’équitation western
  • Acheter un hot-dog à un vendeur dans la rue (et le manger bien sûr)
  • Refaire ma garde-robe
  • Faire du footing à Central Park >> y aller ce serait pas mal déjà
  • Avoir cours assise sur une chaise avec une tablette, comme on voit dans les films et séries
  • Aller à Las Vegas
  • M’acheter des produits dérivés de séries
  • Aller lécher la Liberty Bell (pour la référence à How I Met Your Mother, en vrai la toucher me suffira :P )
  • Faire un barbecue typiquement américain
  • Apprendre aux enfants des répliques cultes de Full House xD
  • Boire du lait à toute heure (okay je le fais déjà ici, mais au moins là-bas on me regardera pas de travers ! lol)
  • Aller chercher le courrier en robe de chambre >> ben… j’ai pas de robe de chambre xD
  • Assister à un spectacle à Broadway
  • Voir le Golden Gate Bridge à San Francisco
  • Prendre le tramway à San Francisco
  • Aller dans un dinner comme on voit dans les films
  • Assister à l’émission de Ellen DeGeneres
  • Prendre le ferry à Seattle
  • Manger des bagels au petit-déjeuner

13 faits, 12 à faire (en comptant le premier dans les deux catégories). Bonne moyenne je trouve ! Il me reste donc moins de 5 mois pour finir cette liste. Et puis j’ai aussi fait pas mal de choses que j’avais envie de faire mais que je n’avais pas mis dans la liste, et il y a des choses que j’ai faite mais que je n’avais pas forcement envie de faire avant de partir. C’était une bonne idée de faire cet article en fait, parce que grâce à ça je me rend compte que finalement j’ai fait plus de choses que je ne pensais ! Maintenant sur cette liste les principales choses que j’ai envie de faire sont Central Park/New York, Liberty Bell/Philadelphie, Las Vegas, et l’émission d’Ellen DeGeneres à L.A. Le quatrième sera le plus compliqué à mon avis… mais je garde espoir !

Je vais maintenant en rajouter quelques uns :

  • Assister à un match de baseball
  • Avoir un gâteau d’anniversaire avec un joli glaçage
  • Apprendre aux enfants à faire une quiche
  • Passer une soirée dans un bar de Nashville
  • Assister à un concert à Nashville
  • Avoir un vrai un déguisement original pour Halloween

Quelqu’un a d’autres idées et/ou suggestions ?

Older Posts »